×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Préparatifs réveillon
Casablanca sous haute surveillance

Par L'Economiste | Edition N°:1672 Le 29/12/2003 | Partager

. Dans les grands hôtels, les packages sont déjà prêts . Les premières réservations commencent à tomberCasablanca se pré-pare à célébrer sa première fête de fin d'année après les événements du 16 mai dernier. On s'active un peu partout pour que la métropole ne rate pas sa sortie. Une sortie placée davantage sous le signe de la sécurité renforcée tout au long de cette semaine. On se veut certes rassurant auprès des autorités de la ville, mais cela n'empêche pas la crainte d'événements tragiques de s'installer dans les esprits. Malgré tout, dans les grands hôtels, les packages sont déjà prêts et les premières réservations commencent à tomber. Il va de soi que pour la circonstance c'est la clientèle locale qui est ciblée. Soirées orientales, soirées internationales et soirées marocaines. “Le client n'a que l'embarras du choix”, comme l'affirme le patron de l'Hôtel Farah. Dîners de gala, tombola, animation et cotillons sont au programme. “La sécurité aussi”, insiste-t-il. En effet, parallèlement au dispositif mis en place par les autorités, tous les palaces et hôtels ont décidé de renforcer leur système de sécurité. “Les sociétés privées de surveillance auxquelles on a eu recours depuis les événements du 16 mai, ont été appelées à être très vigilantes et doubler leurs effectifs”, affirme un hôtelier. Côté prix, un réveillon de fin d'année dans l'un des prestigieux hôtels revient entre 850 à 2.800 DH par personne avec ou sans hébergement. Au Farah, deux soirées sont au programme. Une soirée orientalo-marocaine et une soirée mi-disco, mi-orientale. Deux plateaux d'artistes seront ainsi proposés. L'animation va du luthiste, à la troupe Abidat Rma, en passant par la danseuse orientale et la troupe de Ballet russe. Il n'en coûtera aux amateurs que 850 DH. Un prix qui comprend également le dîner du réveillon. “On compte accueillir entre 300 à 400 personnes. Toutes les dispositions ont été prises pour que cette soirée se déroule dans la bonne ambiance et la bonne humeur. Et à ce propos, nous avons engagé l'humoriste Abdelkhalek Fahid pour égayer cette soirée”, affirme Mohamed Achetouane, le directeur du Farah Casablanca. Pour le dîner, il affirme que “le menu a été choisi et composé avec soin pour être au goût de tous les palais”. “Côté sécurité, notre dispositif interne a été renforcé. Non parce que nous craignons quoi que ce soit, mais pour que notre clientèle puisse s'amuser en toute quiétude”, souligne-t-il. Non loin de là, le Sheraton a prévu de proposer à ses clients un package bien étudié. En effet, à 900 DH par personne en chambre double, on peut y réveillonner et dormir. Les amateurs de “blues et de pop” savoureront leur soirée en compagnie de la star américaine Victoria Horne et l'orchestre Dream Band. Au Royal Mansour Méridien, c'est à un dîner royal que la clientèle est invitée. A 1.800 DH par personne, on peut goûter à des mets aussi succulents que le “médaillon de bœuf charolais” ou la “ballottine fermière aux écrevisses”. L'animation sera assurée par deux orchestres locaux. On a donc choisi dans ce palace de placer la fête de fin d'année sous “le signe de l'élégance et du glamour”. “Une soirée haute en saveurs et en couleurs”, promet Mohamed Mekouar, un des responsables du Royal Mansour. Du côté des “clubs” huppés de la corniche d'Aïn Diab, les prix varient entre 1.000 et 1.500 DH par personne pour un dîner et une animation occidentale, marocaine ou orientale.Il faut aussi noter que de nombreux Casablancais préfèrent passer ce réveillon à la maison, entre familles et amis. Autre indicateur sur les préparatifs pour la célébration des fêtes de fin d'année, les boutiques. Selon A. Mahtar, un commerçant de la rue du Prince Moulay Abdallah, “les affaires n'ont jamais été aussi prospères”. “Il est vrai que nous avons baissé nos prix, mais il faut aussi dire que cela fait des années que je n'ai pas vu une telle affluence à la fin décembre”, ajoute-t-il. Ce qu'on achète? “Principalement des costumes, des chemise et des cravates”, indique-t-il. Pour lui, “les soldes n'expliquent pas tout ”. Il s'agit plus de “préparatifs pour célébrer la fin de l'année. Les gens ont envie d'être élégants ce soir-là”. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc