×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Premier test pour Barroso

Par L'Economiste | Edition N°:1824 Le 03/08/2004 | Partager

. Il doit désigner les attributions de ses commissaires avant fin aoûtLe président de la future commission européenne, José Manuel Durao Barroso, va devoir jouer serré face aux Etats membres pour composer son équipe, et cette tâche aura valeur de premier test sur ses capacités à s'imposer dans ses nouvelles fonctions.Durao Barroso a promis de présenter les attributions de ses 24 commissaires au cours de la dernière semaine d'août, répétant devant le Parlement de Strasbourg qu'il s'agissait là de l'une de ses prérogatives les plus strictes.Il appartient aux Etats membres de désigner leurs candidats à la Commission, a-t-il dit, mais son président choisit de répartir les portefeuilles comme il l'entend. Cette insistance de Durao Barroso à rappeler ses pouvoirs en la matière reflète clairement sa volonté de s'affirmer face aux capitales nationales, tout comme son refus exprimé à plusieurs reprises d'envisager la création d'un poste de “supercommissaire”, comme le souhaitent la France et l'Allemagne pour les dossiers économiques. Durao Barroso, qui prendra ses fonctions le 1er novembre avec son équipe, est confronté à un dilemme.“A l'évidence, il ne peut pas commencer à se mettre à dos tous les Etats en frustrant les ambitions de tous (...) d'un coup”, résume Guillaume Durand, du European Policy Center, un centre d'analyses basé à Bruxelles. Mais “il comprend bien que s'il ne s'impose pas maintenant sur ce sujet, il va donner des premiers signes de faiblesse extrême que les Etats membres exploiteront par la suite”, ajoute cet expert. Durao Barroso “est très conscient de l'enjeu symbolique en termes de répartition des pouvoirs que cette tâche lui donne”.La plupart des noms de la future commission sont déjà connus ou pressentis. Il s'agira de la première véritable commission après l'élargissement de l'Union à dix nouveaux membres, le 1er mai, ce qui lui donne à l'évidence un caractère fondamentalement nouveau. Les commissaires des nouveaux Etats sont pour l'instant seulement jumelés à un commissaire en titre et ne disposent pas de portefeuilles propres. Cela sera le cas dans la prochaine commission, ce qui nécessitera au demeurant de créer de nouveaux portefeuilles.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc