×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Port de Tarifa: Transit interdit aux MRE?

Par L'Economiste | Edition N°:1710 Le 23/02/2004 | Partager

. Les autorités espagnoles veulent lui enlever le statut de Schengen. Seuls les MRE ayant un passeport européen pourraient transiter par ce portLa nouvelle est tombée comme un couperet sur la région de Tarifa. Le ministère de l'Intérieur espagnol serait en train de réfléchir à déclasser le port de Tarifa pour lui enlever le statut de Schengen. Si c'est le cas, la ville ne pourrait plus recevoir que les ressortissants européens. Il y a à peine quelques mois, le port de la ville a été déclaré frontière extérieure européenne. C'était en septembre dernier (cf. www.leconomiste.com). Le but est d'éviter que la ville ne se trouve bloquée par l'affluence massive pendant la prochaine opération retour des MRE. Seuls les MRE ayant la nationalité d'un pays européen pourraient donc transiter par Tarifa. La nouvelle, si elle inquiète les habitants de la ville espagnole, ne manque pas d'inquiéter aussi les professionnels du secteur du tourisme de Tanger. Tarifa constitue le point de passage le plus proche de Tanger. Si Algésiras est à plus de deux heures de Tanger, Tarifa fait mieux et permet des traversées en moins d'une heure (entre trente-cinq et quarante-cinq minutes en fonction de l'état de la mer). Les professionnels de Tanger comptaient beaucoup sur cette ligne pour permettre un développement de leur tourisme. Mais avec le probable déclassement du port de Tarifa, leurs espoirs risquent de tomber à l'eau. Tarifa, avec ses 414 km2 et ses 15.000 habitants, constitue une zone à fort potentiel touristique. Et la ville de Tanger veut en profiter d'autant plus que les deux villes partagent de nombreux atouts. Tarifa dispose d'un climat avec une forte prédominance des vents d'Est. Considéré comme une calamité à Tanger, le vent d'Est est attendu avec impatience chaque été à Tarifa. En effet, Tarifa est la capitale européenne des surfeurs qui soutiennent une bonne partie de l'économie de la ville. La demande touristique est tellement importante que la ville arrive à la satisfaire difficilement, note le maire de Tarifa, Manuel Manella Guerrero, d'où l'idée de travailler en coopération avec Tanger. Mais d'abord, il faut commencer par se faire connaître. En effet, selon Manella Guerrero, Tanger est vue de Tarifa, mais nombreux sont les Espagnols qui ne la connaissent pas. D'où l'idée de mettre en place un festival du cinéma maghrébin qui démarrera en juin prochain, et qui pourra dès 2005 être mis en place à cheval entre Tanger et Tarifa.


Un ferry rapide battant pavillon marocain

Frs Iberia, société maroco-espagnole travaillant sur la ligne Tanger-Tarifa, vient de mettre sous pavillon marocain l'un des deux ferries rapides qu'elle exploite entre les deux villes. La société a investi, selon son directeur, Luis Mora, près de 11 millions d'euros au Maroc. Investir dans le pavillon marocain, selon Mora, n'est pas seulement une question de prestige, mais aussi pour garantir la continuité des postes de travail. Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc