×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Pharmacie: les Français Fabre et Servier s'allient

    Par L'Economiste | Edition N°:45 Le 17/09/1992 | Partager

    Le projet de rapprochement entre Servier et Pierre Fabre, les deux premiers laboratoires privés français, a été rendu public Vendredi dernier. La nouvelle n'a pas manqué de créer la surprise dans l'industrie pharmaceutique française. Pierre Fabre et Jacques Servier, les fondateurs des deux groupes, étaient connus pour leur volonté d'indépendance. Soucieux de mettre en évidence la portée encore limitée de leurs accords, les deux futurs partenaires affirment avoir "engagé des pourparlers visant à favoriser l'émergence d'un grand pôle pharmaceutique français, et n'être qu'au stade du concubinage". Dans l'immédiat, l'accord-cadre porte sur deux points. D'une part, les deux laboratoires vont créer "un mécanisme d'appui réciproque". Ce mécanisme suppose l'engagement de MM. Fabre et Servier à ne pas céder d'actifs sans un commun accord. D'autre part, ils comptent "réaliser des opérations communes de recherche sur le médicament" en matière de cardiologie, rhumatologie, cancérologie et système nerveux central. Ensemble, les deux entreprises pèseraient 12 milliards de Francs, avec des effectifs atteignant 11.500 salariés, et disposeraient d'un budget annuel de recherche supérieur à 2 milliards de Francs. Ce qui les placeraient, désormais, au troisième rang français, derrière Rhône-Poulenc et Elf-Sanofi. Les prémisses de ce futur rapprochement sont favorables. "n existe des similitudes dans l'histoire, le style, le management, la culture et les spécialités des deux groupes", rapporte la presse française. Leur mariage est d'autant opportun que l'industrie pharmaceutique est en pleine concentration(1). C'est ce même mouvement de concentration qui a poussé les fondateurs de Servier et de Fabre à sacrifier leur indépendance et à faire avancer les choses avant que l'histoire ne les prenne de vitesse.

    (1) Entrée de Bristol-Meyers Squibb dans le capital d'UPSA, reprise de Delagrange et de Delalande par Synthélabo, cession par Air Liquide de Lipha à l'Allemand Merck)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc