×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Le Crédit Lyonnais entré dans le capital de Pinault

    Par L'Economiste | Edition N°:45 Le 17/09/1992 | Partager

    La Financière Pinault, holding familial de contrôle sur le groupe, a annoncé, Jeudi dernier, l'entrée dans son tour de table du Crédit Lyonnais à hauteur de 20%. Par le biais de Clinvest, la banque de Jean-Yves Haberer vient, en effet, de souscrire à une augmentation de capital réservée de un milliard de Francs.

    D'après un communiqué du groupe, "cette opération permet à la Financière Pinault de disposer de moyens financiers supplémentaires afin de poursuivre son développement".

    Les interprétations sont en fait multiples. De source bancaire, on avance que le groupe Pinault, "qui a su se développer, puis se recentrer", aura ainsi les moyens de se désendetter. Malgré les cessions d'actifs, sa dette reste supérieure à 14 milliards de Francs. Pour certains analystes, la somme engrangée par Pinault servira à financer le rapprochement entre Pinault SA et le Printemps. Jean-Jacques Delort, responsable du Département Distribution grand public de Pinault SA, est chargé de mener à terme ce rapprochement. Il devrait très prochainement apporter des suggestions sur la forme juridique que revêtira l'alliance: OPE, OPA, apport d'actifs ou fusion-absorption. Le choix de l'ODEP est souhaitable, étant donné le niveau d'endettement du groupe. Une autre interprétation est fournie par la place. M. François Pinault s'apprêterait à réaliser d'autres opérations de croissance externe. Allusion est faite à Habitat France, filiale de la chaîne britannique de meubles Storehouse. De sources concordantes, MM. Pinault et Delort, les dirigeants du Printemps, seraient en effet prêts à la racheter. C'est la banque américaine Goldman Sachs qui est chargée d'étudier les offres de reprises. Darnal et Ikéa, alors en lice, semblent être sortis de la course.




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc