×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’AIE diminue ses prévisions de la demande

Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

. La baisse des cours se poursuitL’Agence internationale de l’énergie (AIE) a revu jeudi 10 novembre en légère baisse ses prévisions de demande de pétrole pour 2005 et 2006, en partie du fait de facteurs météorologiques, mais souligné la vigueur de la demande chinoise en septembre, qui pourrait se prolonger en 2006.L’AIE table désormais sur une croissance de la demande de pétrole de 1,5% en 2005, à 83,3 millions de barils par jour, et de 2% en 2006 à 85 millions de barils par jour. Elle prévoyait le mois dernier une demande de 83,4 millions de barils par jour en 2005 et 85,2 millions de barils par jour en 2006. Cette annonce a coïncidée avec une baisse continue des cours du pétrole. A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en décembre se négociait à 58,60 dollars, en baisse de 33 cents lors des échanges électroniques du jeudi 10 novembre. Sur l’International Petroleum Exchange de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord cédait 50 cents à 56,38 dollars. L’AIE a déjà révisé plusieurs fois en baisse son estimation cette année. L’agence note que si la consommation des pays de l’OCDE a reculé en septembre et octobre, du fait d’un temps plus chaud que d’ordinaire et de l’impact des ouragans aux Etats-Unis, elle devrait repartir en novembre et décembre. L’agence estime que le monde a apporté la preuve de la flexibilité de son système de raffineries après la crise provoquée par les ouragans. Quant aux cours, ils se sont quelque peu apaisés en octobre, sous la barre des 60 dollars le baril. Les stocks de produits pétroliers dans les pays de l’OCDE sont demeurés relativement stables en septembre, à 2,645 milliards de barils, soit 61 millions de barils de plus qu’il y a un an. Ils couvrent une demande de 52 jours contre 53 en août.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc