×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Immigration: Le Conseil de l’Europe épingle l’Espagne

    Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

    . Madrid doit s’abstenir de toute expulsion ou renvoi collectifs d’étrangersLE Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a épinglé, mercredi 9 novembre, l’Espagne au sujet des renvois d’immigrants clandestins, à la suite notamment des assauts massifs contre les grillages-frontière de Sebta et Melilia. Le Commissaire aux droits de l’homme, Alvaro Gil-Robles, a demandé à Madrid de «s’abstenir de toute expulsion ou renvoi collectifs d’étrangers», dans des recommandations formulées dans son rapport sur l’Espagne, publié mercredi et où est évoquée l’expulsion immédiate vers le Maroc de «70 personnes arrivées à Sebta et Melilia «.La date de cette expulsion n’y est pas précisée, mais correspond aux arrivées enregistrées «depuis l’été 2005» mentionnées dans le rapport.Le Commissaire souhaite que les autorités espagnoles garantissent «aussi bien l’instruction des dossiers individuels d’expulsion que, le cas échéant, l’exercice du droit de recours et l’examen des demandes d’asile».Il demande que des «mesures nécessaires» soient adoptées dans «les cas d’assauts collectifs d’immigrants contre les grillages frontaliers de Sebta et Melilia, pour que la vie et l’intégrité physique de ces personnes soient dûment respectées». «Le cas échéant, le retour au pays d’origine» doit se faire «dans le plein respect de leur intégrité physique et de leur dignité d’êtres humains», souligne Gil-Robles, qui critique au passage le Maroc pour «sa manière de gérer la crise, inadmissible et constituant une grave atteinte aux droits de l’homme des immigrants» victimes de renvois en «plein désert». Le Commissaire exhorte également Madrid à garantir aux étrangers retenus dans des centres la mise à disposition de «toutes les informations nécessaires sur la situation», leur expliquant clairement en plusieurs langues «leurs droits et leurs devoirs», et de «faciliter, à tout moment, l’accès» à un avocat et un interprète.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc