×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Pacte Mondial Maroc
Un code de conduite pour la responsabilité sociale dans l’entreprise

Par L'Economiste | Edition N°:2261 Le 24/04/2006 | Partager

. La CGEM et des centrales syndicales y adhèrent . Les premiers résultats de l’étude RSE dévoilésComment renforcer sa mise à niveau, sa responsabilité sociétale et appartenir à un réseau mondial d’opérateurs économiques? Les réponses sont proposées dans le Pacte Mondial auquel vient d’adhérer une poignée d’entreprises marocaines. Et cela, lors du lancement officiel du Pacte Mondial le 21 avril dernier à Casablanca. Initié pour son démarrage sous le thème «Développement durable grâce au Pacte Mondial», «ce projet apporte son soutien aux entreprises qui veulent affirmer leur engagement sur la voie de la responsabilité sociétale», a indiqué Mathias Strausberg, représentant du bureau Global Compact à l’Onu. Pour rappel, il s’agit d’une initiative du Bureau international du travail, en partenariat avec l’Etat italien, l’Onu ainsi que des organisations et des départements ministériels (cf. www.leconomiste.com). Ce séminaire a permis d’expliquer à l’assistance (entreprises, syndicats, associations…) les principes et les objectifs visés par ce Pacte. «En participant à ces activités, les entreprises renforcent leur mise à niveau et rallient un vaste réseau d’investisseurs et d’opérateurs économiques qui font du développement durable, non seulement un choix responsable, mais aussi un argument de conquête des marchés», précise Strausberg. Des arguments qui ont fait mouche et séduit bon nombre de sociétés et d’organismes présents ce jour-là. La CDG(1), la CGEM, l’Inspection générale du travail et des centrales syndicales: la CDT, l’UMT, l’UGMT, la FDT. Ces dernières ont décidé à l’unanimité d’adhérer aux principes du «Pacte mondial». Cet événement coïncide justement avec la célébration dans une semaine de la fête du travail (1 Mai). C’était ainsi l’occasion pour les représentants syndicaux de réitérer les principes des droits de l’homme en matière d’emploi et de profession. Les représentants des travailleurs parlent aujourd’hui «d’un syndicalisme de proposition et de partenariat entre le syndicat et l’entreprise». Mondialisation oblige. Pour eux, «l’adhésion vise surtout à améliorer le rapport professionnel dans les entreprises, tout en impliquant des méthodes adaptées d’un point de vue environnemental et sociétal». Pour d’autres intervenants, ce Pacte se veut un code de conduite pour les entreprises modernes. «Certains employeurs ont déjà souscrit leur adhésion à ce Pacte, étant conscients des critères et performances économiques et sociales», mentionne Aïcha Stitou Daoudi, présidente de la Commission entreprise et relations professionnelles à la CGEM. Pour elle, «il s’agit bien d’une condition de survie pour certaines entreprises, lesquelles doivent intégrer le Global Compact».Qu’en est-il de la voie officielle. «Il va sans dire que ce projet vient à point nommé pour répondre à la nécessité de faire de la promotion de la responsabilité sociale de l’entreprise un outil de stimulation de la croissance, mais surtout un instrument du développement durable», a noté de son côté Mimoun Bentaleb, inspecteur général au ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. «Cet intérêt pour le Global Compact découle également de notre souci de donner un visage humain à la mondialisation, mais surtout de mettre en œuvre une approche de développement intégrée coordonnée dans ses dimensions économique et sociale…», relève-t-il. Et c’est justement des fondements que le Pacte Mondial préconise dans son approche sociétale: la politique générale, l’emploi, la formation, les conditions de travail et de vie, les relations professionnelles… Le Pacte souhaite ainsi faire contribuer des entreprises au développement durable du Maroc par l’adoption de pratiques socialement responsables. Par ailleurs, les premiers résultats de l’enquête sur la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) au Maroc (cf. www.leconomiste.com) ont été présentés lors de ce séminaire. L’enquête (échantillon de 100 entreprises dont 70% de PME) a été effectuée sous la responsabilité de Rachid Filali Meknassi, coordonnateur national du projet qui exerce en collaboration avec le BIT de Genève et de Rome. Selon des résultats préliminaires, il ressort une prédominance des exploitations agricoles et des micro-entreprises. La population active occupée en milliers selon la taille de l’établissement est estimée à 4.192. En ce qui concerne les micro-entreprises, ce secteur emploie 71% d’effectifs. Selon la même source, les entreprises particulièrement visées par la RSE sont le commerce (56%), les services (23%), les industries (20%), et les BTP (1%). D’après l’importance des PME et des entreprises publiques pour l’extension de la RSE, il ressort que les PME dominent (grandes: 483), (moyennes: 215), (publiques: 483). L’enquête mentionne un cadre institutionnel porteur en plus d’une prise de conscience progressive des pouvoirs publics et des entreprises. Cependant, les résultats révèlent une très faible connaissance en général sur la RSE, ignorance quasi totale du Pacte Mondial, confusion entre responsabilité sociale et responsabilité légale et une faible récupération des dividendes de l’action sociale.


Adhésion

POUR rappel, le Pacte Mondial est une initiative du SG des Nations unies (Voir aussi l’édition électronique du jeudi 20 avril). Les entreprises peuvent y adhérer en envoyant une lettre au SG de l’Onu (www.pactemondialmaroc.org). On compte 2.500 sociétés à travers 90 pays depuis le lancement de ce cadre de dialogue et de promotion de la responsabilité sociale de l’entreprise.Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc