×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Comment décongestionner la circulation

Par L'Economiste | Edition N°:2261 Le 24/04/2006 | Partager

. 175 millions de DH pour 150 projets de voirie . Prochaine étape: mise en place de la signalisation horizontale et verticale CONDUIRE en voiture à Casablanca est une corvée. Les embouteillages et les bouchons sont le lot quotidien des usagers. «L’explosion démographique et l’absence d’une planification à long terme sont les causes des problèmes des déplacements dans la métropole», souligne un élu au Conseil de la ville. L’état et le dimensionnement des axes ne peuvent plus absorber le trafic. Face à ce lourd héritage, le Conseil a réagi dès sa mise en place, fin 2003. Il s’est donné pour priorité l’aménagement de l’espace urbain qui vise à la fois la mise à niveau de la voirie et l’amélioration de la sécurité routière. Un premier bilan fait état de 150 projets réalisés touchant une partie des réseaux secondaires et tertiaires. Des opérations qui ont porté sur le revêtement, l’élargissement et la construction sur une surface globale de 510.000 mètres carrés. La ville y a consenti un budget de 175 millions de DH. Concrètement, le programme de mise à niveau a concerné, en premier lieu, l’aménagement des voies pénétrantes. Et ce n’est pas fortuit. Les partenaires du programme, à savoir la ville, la Région et le ministère de l’Equipement, veulent faciliter l’accès à la cité blanche, à ses visiteurs. Et partant soigner son image et donner une bonne impression au touriste et à l’investisseur. En 2005, une convention a été signée entre les partenaires. Objectif: aménager 13 entrées principales qui vont assurer la liaison entre la rocade Sud et le réseau urbain. Le boulevard d’Anfa, en plein centre-ville, est aussi dans la liste. Une vaste opération d’alignement et de travaux de déplacements ainsi que d’enfouissement a été déclenchée depuis plusieurs mois déjà. Ce qui ne manque pas de causer des désagréments aux usagers qui soulèvent d’ailleurs la question du retard pris par les travaux(1). «Auparavant, on se contentait de travaux légers en passant une couche de bitume sans se soucier des autres composantes de la voirie. Pour le boulevard d’Anfa, c’est une opération intégrée qui est visée. Et l’enfouissement des réseaux exigeait de convaincre nos partenaires comme Maroc Telecom, Lydec… d’y procéder», explique Mohamed Sajid, maire de la ville. La mairie se lance aussi dans des travaux d’aménagement de trottoirs et de la chaussée. L’étape prochaine à laquelle la ville se prépare est l’équipement en mobilier urbain, en signalisation horizontale et verticale, et en plantation. Ce sont des actions mises en œuvre dans l’attente des recommandations du PDU. Celles-ci étant rendues publiques, la ville aura du pain sur la planche. Ali JAFRY--------------------------------------------------------------------------(1) Lors d’une première conférence organisée par HEM inaugurant son cycle de tables rondes, ouvertes au public, intitulée «le décideur en question», un participant a posé une question dans ce sens (www.leconomiste.com).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc