×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ouarzazate: La localité de Tilmi désenclavée

    Par L'Economiste | Edition N°:2769 Le 05/05/2008 | Partager

    . Aménagement d’une route pour 31 millions de DH. Des retombées sociales, économiques et politiquesLa localité de Tilmi, à 180 km d’Ouarzazate, ne sera plus un bled perdu dans les montagnes. Les travaux d’aménagement d’une route de 22 km ont été lancés. Le projet s’inscrit dans le cadre de la deuxième partie du Programme national des routes rurales (PNRR-II) et nécessite la mobilisation d’une enveloppe de 31 millions de DH. Une enveloppe financée à hauteur de 85% par le ministère de l’Equipement, et le reste pris en charge par la commune locale. Jusqu’à présent, pour faire ce trajet, il fallait compter plus de 4 heures pour rejoindre la commune de Msemrir. Rappelons que le douar de Tilmi est sorti de l’anonymat en septembre dernier après que les électeurs aient refusé de se rendre aux urnes pour les législatives. «Par cela, nous avons voulu faire valoir nos droits les plus élémentaires», déclare en amazigh une vieille femme. Il est vrai que le village était coupé de tout, loin du progrès. Un isolement encore plus marqué durant la période hivernale. Pas d’accès aux autres localités, pas de service téléphonique et moins de possibilité pour bénéficier des services administratif et sanitaire de base. Aujourd’hui, c’est avec joie que les villageois ont vu arriver les premiers engins. La route est synonyme de développement et de désenclavement. Les femmes ne risqueront plus de mourir en couches et les enfants pourront aller aux collège et lycée. L’amélioration du réseau de transport va favoriser les échanges commerciaux avec les autres communes de la province. Pour les agriculteurs de cette région, limitrophe des deux provinces d’Errachidia et d’Azilal et connue pour sa production des pommes de terre et des pommes, les frais supplémentaires seront aussi réduits. En clair, tout le monde y trouve son compte. Soit près de 10.000 personnes formant une vingtaine de douars.De notre correspondant, Ali Rachidi

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc