×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Où en sont les grands chantiers d’El Jadida?
Entretien avec Mohamed Yazid ZELLOU, gouverneur

Par L'Economiste | Edition N°:2256 Le 17/04/2006 | Partager

. Le transfert de la décharge publique au programme. Délocalisation de la gare routière pour faciliter la circulation. Jorf Lasfar: Les travaux prévus pour 2007Quid du schéma directeur de l’aménagement urbain (SDAU) et des terrains de l’aérodrome qui constituent de belles réserves foncières pour la ville? Par ailleurs, la gare routière suscite actuellement de nombreuses convoitises alors que les unités industrielles s’installent de manière anarchique le long de la voie menant vers Jorf Lasfar. Autant d’interrogations auxquelles le gouverneur d’El Jadida apporte des éclaircissements.  . L’Economiste: Le SDAU enclenché en 2001 n’arrive pas à aboutir. Pourquoi? - Mohamed Yazid Zellou: S’il a connu à son début quelques difficultés inhérentes aux procédures de lancement et à la préparation des supports graphiques nécessaires, le SDAU se trouve actuellement dans sa phase finale d’établissement. Ce schéma doit voir le jour vers la fin de l’année en cours.   . Quel devenir des terrains de l’aérodrome qui sont maintenant à l’intérieur de la ville? - L’aérodrome représente une enclave de 90 ha qui empêche la jonction de la partie ouest de la ville avec sa partie est. Du fait des caractères spécifiques relatifs à la nature de l’équipement et à son statut foncier, domaine public et privé de l’Etat, la réaffectation d’un tel site est complexe. Cependant, un plan d’action est en cours d’exécution afin de lui redonner sa vocation urbaine. Ce qui est en relation avec le vaste programme de mise à niveau déjà entamé pour la ville d’El Jadida. Ce sera par ailleurs l’occasion de donner une assise foncière à la réalisation de certains grands équipements publics dont le manque se fait ressentir. A signaler par ailleurs le transfert de la décharge municipale limitrophe au site de l’aérodrome.  . Il est question de délocaliser la gare routière au-delà de la gare ferroviaire après l’extension du périmètre urbain… - L’implantation d’un tel équipement doit se faire avec beaucoup d’attention, de manière à réguler les flux urbains et faciliter la mobilité des biens et des personnes. Et par là, assurer une connexion simple et rapide au réseau ferroviaire interurbain et national. Actuellement, le site affecté à la gare routière lui confère une position stratégique de desserte et d’accès, de par sa situation sur le croisement du bd Jabrane Khalil Jabrane et la route de Ben Maâchou. Et par là, une accessibilité directe du nord via Casablanca et du sud via Safi ou Marrakech. Sachant qu’à partir de là, le centre-ville est à 10 minutes. Si tout le monde s’accorde sur le transfert de la gare actuelle du Bd Mohammed V, la délocalisation vers un site autre que celui prévu actuellement ne peut se faire que sur la base d’éléments rationnels et techniques en relation avec le plan d’aménagement de la ville. Ainsi que les modes de déplacements urbains qui restent à établir et à démontrer.  . Quel est l’état d’avancement du parc industriel de Jorf Lasfar? - Le parc de Jorf Lasfar est actuellement dans ses dernières phases d’étude. Les avant-projets d’aménagement sont fin prêts. Les études techniques relatives aux ouvrages d’art sont en cours. Et l’acquisition de l’assiette foncière par la commune de Moulay Abdellah est quasi achevée. Par ailleurs, l’aménageur-développeur a été choisi et les travaux pourraient démarrer très prochainement, fin de l’année 2006 ou début de 2007.  . Qu’en est-il des implantations anarchiques des unités industrielles le long de la route entre Sidi Bouzid et Jorf Lasfar?  - En ce qui concerne l’implantation de certaines unités le long de la voie en direction de Jorf Lasfar, le souci principal est de protéger les centres et leur environnement. Mais surtout leur faire retrouver leur identité et qualité de vie. Quant aux risques éventuels pouvant émaner de certaines unités; il y a lieu de souligner l’implication permanente des services de la protection civile dans la gestion des risques. Soit à travers l’action quotidienne, soit à travers le suivi et l’élaboration des plans Particuliers d’intervention (PPI) de gestion des risques industriels établis à cet effet. La maîtrise des risques reste toutefois dépendante de l’implication de ces unités dans la mise en œuvre et la mise à jour de ces PPI sur le site.  Propos recueillis par Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc