×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    ODEP: vers la facturation à domicile : La décentralisation de la facturation sera généralisée pour 92 au port de Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:25 Le 16/04/1992 | Partager

    Effectivement appliquée depuis un peu plus d'un mois à deux unités de manutention du Port de Casablanca, la décentralisation de la facturation sera généralisée aux autres unités de production autonome courant 1992. La Direction Marketing et Prévisions du Port annonce qu'il ne s'agit là que d'une étape transitoire vers la "facturation à domicile" qui constitue l'objectif à atteindre dans le moyen terme.

    La première phase a consisté à confier à deux Centres de Production Autonome (CPA) la facturation des prestations fournies au client.
    Le choix a porté sur le Terminal à conteneurs et le Terminal roulier. Ces deux unités drainent le volume d'activité le plus important du port de Casablanca qui, est-il nécessaire de le rappeler, reste un des plus grands ports d'Afrique au service des réceptionnaires et des chargeurs. A la Direction Générale de l'ODEP, les premiers résultats sont d'ores et déjà qualifiés de probants et la généralisation de cette décentralisation de la facturation aux 4 autres CPA du port se fera avant fin 1992.
    La mise en place de la décentralisation des actes de facturation n'a pas fait l'objet d'un investissement humain ou financier particulier. Le personnel affecté auprès des unités concernées est celui du service facturation centrale.
    Les entités de facturation mises en place sont dimensionnées en fonction des besoins ponctuels. A titre d'exemple pour le Terminal à conteneurs, les journées et les horaires de pointe sont connus à l'avance. Le personnel de facturation est renforcé afin d'y faire face.
    Cependant l'opération de décentralisation n'a pu être réalisée que parce qu'un certain nombre de conditions étaient réunies. Ainsi, l'informatisation de toute la communauté portuaire est chose acquise pour le port de Casablanca depuis 1991.

    Connexions entre intervenants

    Reste à réaliser la connexion et les échanges entre les différents intervenants portuaires, à savoir les transitaires, les compagnies de navigation et l'administration des douanes.
    La division du port en 6 CPA était accomplie dès 1987. Elle consiste en une division reposant sur des considérations d'ordre géographique et tient aussi compte du type d'activité. Elle se présente sommairement de la manière suivante :
    - Terminal à conteneurs
    - Terminal roulier
    - Terminal marchandises diverses
    - Terminal agrumes et primeurs
    - Terminal minerais et hydrocarbures
    - Port-arrière
    Chaque CPA fonctionne comme une entreprise de manutention.
    Il est logique que chaque centre qui fournisse un certain nombre de prestations et qui dispose de toutes les informations y afférentes, facture sur place les services rendus.
    Bien entendu le service de la facturation centrale conserve un rôle de coordination et de supervision de l'ensemble.

    Cascade de formalités

    La structure particulière du port de Casablanca impose en quelques sortes la décentralisation de la facturation. En effet, le service facturation centrale est situé à l'extérieur du port, dans l'enceinte des bâtiments administratifs.
    De plus toutes les informations doivent converger de toutes les unités opération-nelles vers ce centre pour que la facturation puisse être établie.
    De la sorte, le client est contraint d'accomplir un véritable parcours du combattant avant d'enlever sa marchandise. En effet, le client se rendait auprès des diverses unités opérationnelles pour récupérer les documents relatifs à chaque prestation fournie, il accomplissait ensuite une cascade de formalités avant de se rendre au service central seul habilité à établir les actes de facturation.
    Les responsables du port de Casablanca précisent à cet effet, que l'action de décentralisation s'inscrit dans le cadre de la politique commerciale de l'ODEP pour améliorer la qualité du service rendu au client.
    De plus, ajoutent-t-ils, "notre objectif est la facturation à domicile. Le client n'aura à se présenter au port que pour enlever sa marchandise."
    Pour cela, il faudra que la connexion avec les différents partenaires (transitaires, compagnies de navigations, importateurs et administration des douanes) soit établie; ce qui permettra la facturation à domicile.
    Il est annoncé qu'il s'agit d'une perspective d'évolution à moyen terme.

    Naïma HADER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc