×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Nouvelle charte pour l’OCI

Par L'Economiste | Edition N°:2734 Le 13/03/2008 | Partager

. Elle sera soumise aujourd’hui aux Chefs d’Etat. Projet de résolution en faveur des pays pauvres L`Organisation de la conférence islamique (OCI) va avoir une nouvelle charte. En effet, les ministres des Affaires étrangères des pays membres sont, finalement, parvenus, mardi soir à Dakar, à s`accorder sur la mouture finale du projet de charte. Il sera soumis à l’approbation des Chefs d’Etat et de gouvernement ce jeudi et probablement adopté, vendredi, avant la séance de clôture des travaux du sommet.L’actuelle charte de l’OCI avait, sans aucun doute possible, besoin d’être dépoussiérée. Les ministres des Affaires étrangères en ont, en effet, revu de nombreux points. A commencer par «la redéfinition des critères pour adhérer à l`OCI», «la modernisation des institutions » de l`Organisation et «la déclaration commune sur le droit des pays à l`autodétermination». Ces trois points ont fait l`objet d`intenses tractations, croit-on savoir. Parmi les autres points litigieux figurent aussi le mandat du Secrétaire général et les mécanismes de prise de décisions. D’ailleurs, la réunion des ministres des Affaires étrangères qui devait prendre fin mardi soir, a été prolongée jusqu’à hier mercredi. La raison invoquée à cette prolongation des délibérations est de permettre à un comité ad hoc de finaliser la rédaction des projets de l’ordre du jour du sommet, de la charte révisée de l’Organisation et de la déclaration finale. Les Chefs de diplomatie étaient parvenus, mardi soir, à un «consensus global» sur les amendements à introduire à la Charte.Presque 39 ans après la création de l`Organisation (septembre 1969 à Rabat), c’est la première fois que sa charte est révisée. Cette dernière avait été adoptée en 1972 et a, depuis, fait l’objet de réserves de la part de plusieurs Etats membres.Le 11 è sommet islamique, qui s’ouvre aujourd’hui à Dakar, sous le thème «L’Islam au 21è siècle», se tient dans un contexte particulier. Les 57 pays membres auront sûrement présents à l’esprit les conflits qui secouent certains pays islamiques et aussi la mauvaise image de l’Islam véhiculée par l’Occident. Les Etats membres devraient se mettre d’accord sur une stratégie commune pour contrer les campagnes islamophobes et de dénigrement dirigées contre l’Islam et les musulmans. Le sommet abordera également la question palestinienne, le partenariat économique et le partage de la connaissance et du savoir entre les pays islamiques. A propos de partenariat économique, les ministres des Affaires étrangères qui ont pris part lundi et mardi à la réunion préparatoire ont décidé de soumettre aux chefs d`Etat une résolution sur un allègement de la dette des pays africains les plus pauvres. L’OCI dont plusieurs membres comptent parmi les pays riches veut donner à partir de Dakar le départ à une nouvelle solidarité économique, notamment en faveur des Etats sahéliens déshérités. Le Sommet de Dakar marquera-t-il «un tournant dans l’histoire du monde islamique ?». «C’est ce qui en est attendu surtout en ce moment où les regroupements régionaux sont devenus des forces d’influence et aussi des sources d’émancipation», estime un diplomate marocain.


Contribution

Pour sa part, et comme l’a affirmé le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taieb Fassi Fihri, «le Maroc a mis sa modeste expérience et son savoir-faire à la disposition du Sénégal et du président Abdoulaye Wade pour le succès du sommet aussi bien au niveau du contenu que de l’organisation». Rabat a aussi mis à la disposition des autorités sénégalaises le bateau-hôtel «Marrakech Express». Un geste qui «ne fait que conforter l’excellence des relations qui unissent depuis des siècles les peuples marocain et sénégalais», souligne le ministre. Et d’ajouter : «Le Maroc veille à ce que le sommet de Dakar soit un tournant et une étape significative dans l’histoire commune de la oumma islamique». Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc