×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Travail saisonnier
L’Espagne recrute à nouveau

Par L'Economiste | Edition N°:2734 Le 13/03/2008 | Partager

. La région de Fès ciblée. Près de 1.200 femmes sélectionnées AU total, 1.184 femmes marocaines préparent leurs valises pour aller en l’Espagne. Destination: les champs de fraises dans la région andalouse de Huelva. Ces femmes ont été toutes recrutées le week-end dernier à Fès. Originaires de plusieurs zones rurales du Royaume, ces nouvelles recrues de l’association d’entreprises espagnoles «Gora» ont entre 25 et 45 ans. Elles sont toutes mariées et mères de famille. «Des critères auxquels il faut répondre avant de signer le contrat», indique Sifddine Ameziane, directeur régional de l’Anapec. Rappelons que cette opération est menée depuis plusieurs années maintenant, avec succès, avec les producteurs espagnols. «De fait, le taux de retour des saisonnières atteint plus de 90%», explique Ameziane. Partenaire de l’opération, l’Anapec a mobilisé ses équipes pour des séances de sensibilisation à la migration légale au profit des femmes. Parmi ces dernières, il y en a celles qui ont déjà participé à la cueillette de fraises en Espagne l’année dernière. D’autres y vont pour la première fois. Si les frais de passeport et de visa sont à la charge des candidates, les patrons espagnols garantissent le transport depuis le Maroc ainsi que l’hébergement. Les ouvrières bénéficient également de l’assurance maladie et de prestations pour la retraite. Elles percevront entre 30 et 36 euros par jour avec la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires. L’argent sera versé directement sur le compte bancaire des ouvrières. Une nouvelle formule a été initiée, à cet égard, par la Banque Populaire qui a ouvert, à partir des lieux du recrutement au complexe Tajmouati, des comptes pour ces femmes. Du côté des Espagnols, avec la mise en place de ce système contractuel entre le Maroc et l’Espagne, le travail clandestin dans le secteur agricole de la province de Huelva a quasiment disparu. Ainsi, aujourd’hui, dans plusieurs domaines de Huelva, les saisonnières originaires du Maroc représentent près de 80% des travailleurs étrangers. Elles ont donné satisfaction lors des récoltes précédentes et sont devenues très sollicitées. Nombre d’entre elles viennent de Tanger, Ksar El Kébir, Sefrou, El Jadida, Oujda, Taounate et El Hoceïma. Elles ont toutes une expérience dans l’agriculture. Durant leur absence, leurs parents ou conjoints s’occupent de leurs enfants. A leur retour au Maroc, vers la fin du mois de juin, elles reviendront avec un pactole de 3.000 euros. Ce qui leur permettra de vivre en attendant la prochaine campagne de fraises. Youness SAAD ALAMI          

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc