×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Najaf en passe de devenir une ville fantôme

Par L'Economiste | Edition N°:1830 Le 11/08/2004 | Partager

. Les Américains demandent aux civils d'évacuer la zoneL'armée américaine a appelé hier mardi les civils irakiens à évacuer sans tarder la zone des combats à Najaf et sommé les miliciens chiites de quitter la ville où des affrontements faisaient toujours rage pour la sixième journée consécutive, selon un correspondant de l'AFP.Des engins militaires américains circulaient en fin de matinée dans la ville pour demander en arabe par mégaphones à la population d'évacuer sans délai la zone des combats entre les miliciens du chef radical chiite Moqtada Sadr et les policiers irakiens, appuyés par l'armée américaine.C'est la première fois que l'armée américaine demande à la population d'évacuer la zone, selon des habitants de la ville qui craignent une offensive américaine.Les Américains ont également appelé les miliciens à déposer les armes et à quitter la ville sainte chiite, située à une centaine de km au sud de Bagdad.Des tirs de canons, de mortiers et d'armes automatiques ont éclaté tôt ce matin dans le cimetière de la ville, place forte des miliciens, avant de cesser pendant environ deux heures et de reprendre avec force.Une épaisse colonne de fumée noire s'élevait dans le centre-ville, près du mausolée de l'Imam Ali, autre place forte des miliciens. De nombreux policiers, à bord de camionnettes, se dirigeaient à toute allure vers cette zone qui était survolée par deux hélicoptères américains.Moqtada Sadr a assuré lundi dernier à Najaf qu'il lutterait contre l'occupation américaine jusqu'à sa «dernière goutte de sang».Le Premier ministre Iyad Allaoui a pour sa part rejeté dimanche dernier toute négociation sur une trêve avec les insurgés lors d'une visite surprise à Najaf.Les combats ont fait depuis le 5 août quatre tués parmi les soldats américains et plus de 360 morts dans les rangs de l'Armée du Mehdi, selon un bilan de l'armée américaine démenti par les miliciens chiites qui n'ont fait état que de 15 morts.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc