×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Naissance de l’axe franco-anglais

Par L'Economiste | Edition N°:2744 Le 28/03/2008 | Partager

. Priorités: Changements climatiques, système onusien, conflits...LA visite d’Etat du président français Nicolas Sarkozy en Grande-Bretagne qui s’est achevée, jeudi 27 mars, a été l’occasion de proclamer la naissance d’un axe franco-anglais, en tant que force motrice non seulement en Europe mais à l’échelle planétaire. Plusieurs titres de la presse britannique ont souligné que ce nouvel axe franco-britannique devra agir sur plusieurs questions allant des changements climatiques aux réformes du système onusien, en passant par le règlement des conflits internationaux. Le président français, qui s’est attelé depuis son élection à renforcer les relations de son pays avec Washington et Londres, a tenu à rendre un hommage au Royaume-Uni, qualifié par la presse londonienne du «plus chaleureux» jamais exprimé par un chef d’Etat français depuis la seconde Guerre mondiale. Dans son discours devant le Parlement de Westminster, Sarkozy a souligné que les différends entre Londres et Paris au sujet de plusieurs questions se rapportant notamment à l’avenir de l’UE et aux anciennes rivalités entre les deux pays voisins, peuvent être surmontés. Il a relevé que la France et la Grande-Bretagne peuvent jouer un rôle primordial en faveur de la paix et la justice dans le monde. Le chef d’Etat français, tout en soulignant l’importance des relations avec l’Allemagne, l’autre pilier de l’UE, a plaidé en faveur de l’émergence de ce qu’il a appelé «une nouvelle entente franco-britannique». Dans ce sens, il a appelé le Royaume-Uni à se montrer plus impliqué en Europe. L’opposition britannique appelle à la tenue d’un référendum sur le Traité, un appel rejeté par le gouvernement travailliste, qui insiste que le document garantit les intérêts britanniques et le respect des «lignes rouges» établies par Londres concernant notamment sa politique étrangère, sa défense et son système d’impôts. Par ailleurs, le président français, qui a déjà été reçu par la reine Elisabeth II, devra tenir hier des discussions avec le Premier ministre Gordon Brown. Les deux pays devront signer d’importants accords dans les domaines de l’immigration et de l’énergie nucléaire.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc