×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Microcrédit: Les ambitions de la Fnam

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. En peu de temps, la Fédération a réalisé beaucoup d’avancées. Elles concernent le code de déontologie, la centrale des risques…Trois ans d’existence et déjà un travail de titan accompli. C’est ce qui caractérise la Fédération nationale des associations de microcrédits. Le rapport moral de la Fédération présenté lors de l’Assemblée générale le vendredi 9 juillet est assez éloquent à ce niveau. “Bon an mal an, sans local, sans moyens financiers ou matériels, sans ressources humaines, et sans structure opérationnelle, la Fnam présente actuellement un bilan opérationnel que tout un chacun peut apprécier en tenant compte des contraintes indiquées”, souligne Réda Lamrini, président de la Fnam. A l’origine, le plan initial de la fédération consistait en deux types de chantiers. Des chantiers structurants destinés à créer un environnement organisé qui obéit à des règles d’éthiques et aux meilleures pratiques. Mais aussi des chantiers répondant aux besoins pressants en termes de ressources financières. Tenant compte des contraintes, les responsables ont l’ambition de “faire passer le nombre des bénéficiaires des microcrédits de 300.000 actuellement à 1.000.000 à l’horizon 2010, et l’encours de crédits de 537 millions de DH à 4,5 milliards”, a indiqué Réda Lamrini.Pour atteindre ces objectifs, une mise à niveau des structures est nécessaire. Le président a dans la foulée énuméré les projets lancés à ce dessein. Ils concernent, entre autres, le renforcement de l’opérationnel, l’établissement d’un code de déontologie, le développement d’une centrale des risques et le traitement de la compensation des crédits. Il s’agit également de moderniser la réglementation du secteur pour coller à son développement et aux besoins des bénéficiaires. L’action de la Fnam s’étend également en direction de l’amélioration des compétences, l’adoption de normes comptables, des règles prudentielles et de bonne gouvernance des institutions ainsi qu’une grille de taux débiteurs. Enfin, la Fnam veut mettre en place des critères de répartition des ressources publiques ou celles transitant par le canal officiel.Ces réglages impliquent, selon Lamrini, la multiplication des encours et des produits par 10, des organisations par 3 et des effectifs permanents par 4. Ainsi que la diminution du coût des transactions, la formation des compétences (le déficit des ressources humaines est estimé à plus de 400 cadres supérieurs et concepteurs) et la vulgarisation des règles de transparence, d’innovation et de rigueur au sein de la profession.


Les bonnes idées de Harouchi

Le nouveau ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité présent lors de cette assemblée a émis une idée intéressante. S’appuyant sur la cartographie de la pauvreté au Maroc qui vient d’être éditée par la Banque Mondiale, il propose de cibler les interventions des réseaux associatifs ainsi que ceux de l’Etat sur les zones identifiées pas la BM. “Pourquoi ne pas considérer ces zones comme prioritaires du moment que nous ne pouvons pas intervenir sur tout le territoire”, explique Harouchi. Il considère aussi que les interventions doivent être groupées. “Il faut intégrer le microcrédit dans une logique plus large avec la formation, l’animation sociale, les infrastructures de base…”, ajoute-t-il. En somme, il voudrait que ONG et autorités de tutelle réalisent des actions intégrées de l’amont en aval. Il prêche aussi pour plus de communication autour du microcrédit. F. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc