×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Menace de grève dans les banques

Par L'Economiste | Edition N°:1552 Le 02/07/2003 | Partager

. Un mouvement est prévu pour jeudi 3 juillet par le syndicat affilié à l'UMT La tension entre le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et l'Union syndicale interbancaire (USIB) affiliée à l'UMT est montée d'un cran. L'USIB vient de décider d'une grève de 24 heures demain jeudi 3 juillet. Et ce, suite à la réunion de son conseil national, tenue lundi 30 juin dernier. A l'origine de cette tension, l'échec des négociations entre les deux parties. Lors de la réunion tenue vendredi 27 juin dernier avec l'USIB, le GPBM(1) a proposé 400 DH au titre de l'augmentation générale des salaires. Le Groupement a également proposé de la verser à partir de janvier 2004. Mais cette offre a été rejetée par le syndicat. “Elle est dérisoire et provocatrice. De même, elle est en deçà des aspirations des salariés du secteur, dont le pouvoir d'achat est constamment érodé par la hausse des prix et les effets de l'inflation”, souligne l'USIB. Selon le syndicat, le Groupement des banques a justifié son offre par l'effort fourni par les établissements bancaires dans le cadre des augmentations de mérite accordées aux salariés. Or, pour l'Union syndicale, “ces augmentations de mérite sont une source de disparités salariales et d'injustice”. Et de poursuivre “que les critères de leurs attributions manquent d'équité et de transparence. Par contre, les accords salariaux sont le moyen de compenser les effets de la hausse des prix et de rattraper le pouvoir d'achat”.Les négociations entre les deux parties ont également buté sur le dossier de la réduction des taux d'intérêt. L'USIB revendique un taux d'intérêt de 2% pour les crédits logements contre 2,5% en vigueur actuellement. Cette requête a essuyé un refus de la part du GPBM. Pour les crédits à la consommation, le syndicat a demandé qu'un taux de 3% soit servi aux salariés des banques contre 5% actuellement. A ce niveau, le GPBM a proposé de baisser ce taux de 1%.K. M. (1) Contacté par L'Economiste, le directeur général du GPBM, El Hadi Chaibainou, s'est abstenu de tout commentaire.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]m
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc