×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Meknès: Un professeur agressé par des étudiants à la fac

Par L'Economiste | Edition N°:1672 Le 29/12/2003 | Partager

. Trois parmi les agresseurs sont actuellement en état d'arrestation. Onze autres ont été exclus de la FacultéL'ensemble des enseignants de l'Université Moulay Ismaïl de Meknès ont observé une grève les 26 et 27 décembre en signe de solidarité avec leur confrère Hassan Abouabdelkader. Ce dernier a été violemment agressé par des étudiants. Pour rappel, “cela fait deux semaines qu'un groupuscule de tendance marxiste, empêche les professeurs et étudiants de première année de suivre les cours. Ces manifestants s'opposent à la nouvelle réforme pédagogique. Pour eux, le contrôle continu doit être rayé du nouveau règlement”, indique le doyen de la Faculté de droit de Meknès, Abdelkader Hassani. Et d'ajouter que “tout le monde sait qu'au sein des universités, les guerres de tendances sont fréquentes. Chaque tendance essaye de marquer sa présence et de prouver son exclusivité sur la place. Pour cela, les différents groupes usent de tous les moyens”. Face à l'inexécution de leur revendication, les manifestants se sont acharnés sur un professeur. Cet acte, d'après le doyen, n'a été ni prémédité ni particulièrement ciblé. Abouabdelkader est malheureusement intervenu le mauvais jour et au mauvais moment. Alors qu'il démarrait sa voiture pour quitter la Faculté, il a été assailli par un groupe d'étudiants. “Je voulais faire marche arrière, mais l'un des étudiants a sauté sur ma voiture et a perdu l'équilibre”, raconte le professeur. “Les autres étudiants se sont alors jetés sur moi pour me sortir de la voiture et pendant plus d'une heure, j'ai reçu de violents coups”, raconte-t-il. “Une vingtaine de spectateurs complices m'encerclaient. Ils ont voulu me bander les yeux. Certains d'entre eux portaient des armes blanches, heureusement que je n'ai pas essayé de me défendre! Mon oeil gauche a été gravement amoché et je dois d'urgence subir une opération”, poursuit encore le professeur agressé. C'est grâce à l'intervention de ses collègues que Abouabdelkader a pu se libérer de ses agresseurs. Sa voiture a été endommagée. “Les agresseurs m'ont présenté des excuses par personnes interposées. Mais cette affaire ne me concerne pas uniquement, elle touche tout le corps professoral”, commente le prof. L'établissement a tenté de régler l'incident à l'amiable avant de faire intervenir les forces de l'ordre. Finalement, trois étudiants ont été arrêtés et devront comparaître devant le tribunal. Au niveau de l'université, des sanctions sévères ont été prises à l'encontre d'autres élèves dont 11 ont été exclus. De notre correspondante,Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc