×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Masse monétaire en Septembre 92 : Recul des créances sur le Trésor, nette augmentation des avoirs extérieurs

    Par L'Economiste | Edition N°:55 Le 26/11/1992 | Partager

    Après avoir atteint des taux de croissance de 2,42% et 1,31% en Juillet et Août 1992 respectivement, la masse monétaire s'est établie, en Septembre 1992, à 142,3 milliards de DH contre 142,7 milliards en Août 1992, soit une baisse de 0,27%. Par rapport à Septembre 1991, elle s'est accrue de 11,54%.
    Ce recul est essentiellement dû à la baisse des créances sur le Trésor, compensée, toutefois, par une augmentation des avoirs extérieurs et des crédits à l'économie.
    Les disponibilités monétaires (monnaie fiduciaire + monnaie scripturale), qui ont augmenté de 3,24% à 109,3 milliards en Juillet 1992 par rapport à Juin 1992 et de 0,64% à 110,1 milliards en Août 1992 par rapport à Juillet de la même année, ont diminué de 1,1% à 108,9 milliards de DH en Septembre 1992, relativement au mois d'Août. Un an plus tôt, c'est-à-dire en Septembre 1991, les disponibilités monétaires s'étaient élevées à 100 milliards de DH.
    Avec 36,4 milliards de DH en Septembre 1992 contre 37,3 millions en Août de la même année, la monnaie fiduciaire a accusé un recul de 2,44%. Comparée à Septembre 1991, elle a augmenté de 7,31%.
    La monnaie scripturale, elle, a également connu une baisse. De 72,7 milliards de DH en Août 1992 elle est tombée, en effet, à 72,4 milliards de DH en Septembre 1992, enregistrant ainsi un léger repli de 0,41%. L'analyse détaillée des composantes de la monnaie scripturale, en Septembre 1992 par rapport à Août de la même année, met en exergue un recul de 1,21% à 1,4 milliard de DH pour les dépôts à vue à l'Institut d'Emission et de 0,84% à 64,5 milliards pour les dépôts à vue dans les banques de dépôts. Avant de baisser en Août et Septembre 1992, ces derniers s'étaient établis à 65,2 millions de DH en Juillet, en hausse de 2,84% relativement au mois de Juin 1992.

    Hausses aux CCP

    Parmi les trois types de comptes que regroupent les dépôts à vue (comptes chèques, comptes sur carnet et comptes courants ordinaires), les comptes chèques et comptes sur carnets ont confirmé la tendance à la baisse déjà enregistrée au cours du mois d'Août 1992. De 33,8 milliards de DH en Juin, les comptes de chèques ont grimpé à environ 34,6 milliards en Juillet avant de fléchir à 33,6 et 33,3 milliards de DH respectivement en Août et Septembre 1992.
    Les dépôts aux chèques postaux ont poursuivi leur augmentation pour atteindre en Septembre 1992 1,8 milliard de DH contre près de 1,6 milliard en Août et 1,5 en Juillet. Les dépôts au Trésor, quant à eux, sont restés stables à 4,5 milliards de DH.
    La baisse des monnaies fiduciaire et scripturale traduit le retour à la tendance normale, après les augmentations saisonnières enregistrées au cours de la période estivale.
    La quasi-monnaie, c'est-à-dire les dépôts à terme, ont continué à augmenter jusqu'en Septembre 1992, après avoir reculé de 0,30% à 31,4 milliards en Juillet par rapport à Juin. En Août et Septembre 1992, ils ont en effet grimpé à 32,6 et 33,4 milliards de DH dans l'ordre, enregistrant des progressions respectives de 3,63% et 2,53%. Le nombre croissant de dépôts effectués en Septembre 1992, compensant les opérations de retraits ayant eu lieu au cours du même mois, explique l'accroissement de la quasi-monnaie.

    31,9 milliards de réserves internationales

    L'examen des contreparties de la masse monétaire met en évidence, outre l'augmentation des avoirs extérieurs nets et celle des crédits à l'économie, le fléchissement des créances sur le Trésor.
    Les avoirs extérieurs nets ont en effet augmenté de 8,22% à près de 33,3 milliards de DH en Septembre 1992 par rapport à Août 1992, mois au cours duquel ils avaient atteint 30,7 millions de DH, en hausse de 1,7% par rapport à Juillet 1992. L'analyse détaillée de cette rubrique fait ressortir une nette amélioration des réserves internationales. Celles-ci ont atteint, en Septembre 1992, 31,9 milliards de DH au lieu de 28,8 milliards un mois plus tôt, soit une hausse de 10,69%. En Septembre 1991, elles s'élevaient à 22,1 milliards de DH. L'évolution positive des réserves internationales est essentiellement due à une augmentation de 11,31% à 30,8 milliards des avoirs en devises convertibles de la Banque Centrale en Septembre 1992 par rapport à Août de la même année.
    Les crédits à l'économie, qui avaient baissé de 1,12% à 62,7 milliards de DH en Août 1992 par rapport à Juillet 1992, ont repris en Septembre. Ainsi, ils ont atteint 63,5 milliards de DH, en
    hausse de 1,25% relativement au mois d'Août.
    Sur ces 63,5 milliards, 10,2 ont été consentis par la Banque Centrale, au cours de Septembre 1992, en hausse de 0,63% et 7,61% par rapport à Août 1992 et Septembre 1991 respectivement, mais en baisse de 4,7% relativement à Décembre 1991.
    L'escompte a enregistré une baisse de 3,72% à près de 2,8 milliards de DH. Les rubriques "avances et effets en cours de recouvrement" ont connu respectivement un accroissement de 0,55% et 23,44% en Septembre 1992 relativement à Août de la même année.
    Concernant les crédits à l'économie distribués par les banques de dépôts, les crédits de trésorerie se sont élevés en Septembre 1992.
    à 32,9 milliards de DH, soit une progression de 0,77%. Un mois plus tôt, c'est-à-dire en Août, ils avaient régressé de 2,2% à 32,6 milliards par rapport à Juillet.
    Les crédits à l'exportation, eux, sont tombés de 33,6 milliards de DH en Août à 33,3 milliards en Septembre.
    Les créances sur le Trésor ont diminué en Septembre 1992 de 5,15% à 53,3 milliards de DH. Cette baisse est essentiellement due à celle enregistrée par le portefeuille d'effets publics du système bancaire. Cette masse a en effet reculé de 8,08% à 35,3 milliards de DH.

    H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc