×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Marrakech/tourisme: Où sont passés les MRE?

    Par L'Economiste | Edition N°:2847 Le 27/08/2008 | Partager

    . Un été morose avec une baisse de 5% des arrivées. Chutes de 9% pour les Européens . Les compagnies aériennes se désengagent du marché britanniqueA l’exception de l’Espagne avec une reprise de 26%, l’ensemble des marchés émetteurs affiche une baisse pour la saison d’été. Durant le mois de juillet, ils ont été au total 114.000 touristes à avoir opté pour la ville ocre, réalisant quelque 430.000 nuitées. Durant la même période l’an dernier, Marrakech avait cumulé 120.600 arrivées avec un taux d’occupation des chambres stabilisé à hauteur de 57%.Cette année, et selon les catégories, des établissements ont affiché complet, notamment les 4 étoiles. Au total, ces derniers ont enregistré un taux d’occupation de 70% alors que les 5 étoiles ont atteint à peine 46% durant le mois de juillet. Même tendance pour août, d’après les professionnels. Car, en ces temps «de crise», c’est aussi l’agressivité de l’établissement et du professionnel qui entre en jeu. Seul le tourisme interne arrive à sauver la mise (8% pour juillet). En attendant les statistiques officielles, on sait déjà localement que le marché européen a, lui, reculé de 9% par rapport à la même période de 2007. Le principal marché, français, a affiché une baisse de 14% au niveau des arrivées et de 17% en termes de nuitées durant le mois de juillet. Normal, la France a enregistré, pour la première fois depuis plusieurs années, une baisse de 3% des arrivées et des nuitées sur son propre territoire. Une contre-performance due au marasme économique en Europe qui affecte d’abord le pouvoir d’achat.En baisse aussi, le marché britannique avec un recul de 29%. Depuis un an, ce marché est en chute vertigineuse après une année 2006 de pleine euphorie. Cette année-là, la capitale touristique avait bénéficié d’un fort retour des Britanniques, considérés alors comme second marché du tourisme marocain derrière la France, surtout après l’ouverture du ciel aux compagnies low-cost. Visiblement, c’est une politique qui n’a pas fait long feu. Depuis fin 2007, il y a un désengagement des grandes compagnies aériennes. Cette nouvelle donne aurait précipité la chute. British Arways a supprimé ses liaisons directes en 2007. RAM serait en train de réfléchir pour céder ses dessertes à sa compagnie low-cost Atlas Blue, avant la fin 2008. Outre les britanniques, la baisse la plus surprenante durant juillet 2008 est du coté des MRE (Marocains résidant à l’étranger). Ce marché a reculé de 81% en termes d’arrivées et de 72% au niveau des nuitées réalisées dans les établissements hôteliers. Pour Zemrani, il est clair que, vu les tarifs des hôtels, les MRE préfèrent habiter dans des appartements meublés. Le taux de remplissage des cafés, restaurants et autres boîtes de nuits de Marrakech indique, quant à lui, que la ville a tout de même été bien visitée cet été.


    Les 4 étoiles s’en sortent bien

    LES 4 étoiles s’en sont bien sortis durant juillet. Promotions et tarifs spéciaux aidant, ces établissements ont affiché une évolution de 6% par rapport à la même période l’an dernier. Très bon score aussi au niveau des résidences touristiques déclarées, avec plus de 3.000 touristes qui ont choisi de séjourner dans ce type d’établissement. En revanche, juillet a été un mois de vaches maigres dans les villages de vacances, avec un recul de 20%. Les TO, clients des VVT, hésitent désormais à s’engager sur des vols charters face à des consommateurs préférant concocter leur voyages à la carte, sur la toile notamment. Les trois et deux étoiles ont aussi souffert avec des baisses respectives de 24 et16%. Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc