×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Essaouira entame la voie express

    Par L'Economiste | Edition N°:2847 Le 27/08/2008 | Partager

    . Le projet vise la connexion Marrakech/Agadir via Chichaoua . L’axe de 113 km sera opérationnel fin 2010 LES travaux pour le doublement de la liaison routière à partir d’Essaouira vers l’autoroute Marrakech/Agadir via Chichaoua ont été lancés récemment. Il s’agit de l’aménagement du tronçon reliant Essaouira et la bourgade Ounagha, d’une longueur de 23,5 km. Il sera ouvert à la circulation en novembre 2009. De même, les travaux à partir de Chichaoua seront lancés en septembre prochain. Il s’agira de relier cette ville au village Sidi Lmokhtar sur 25 km. L’ensemble de la voie express, tous tronçons confondus, s’étendra sur 113 km et devrait être opérationnelle vers fin 2010. Pour rappel, une convention de partenariat a été signée le 3 janvier 2006 devant le Souverain, entre le ministère de l’Equipement et des Transports, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social, la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz et le Conseil provincial d’Essaouira. La concrétisation de cet important projet requiert une enveloppe globale de 490 millions de DH. Dans le détail, 170 millions sont à la charge du ministère, et la Région et le conseil provincial doivent débourser respectivement 150 et 20 millions. Le reliquat, soit 150 millions, constitue la contribution du Fonds Hassan II sous forme d’un prêt à la Caisse pour le financement routier. Cette structure est placée sous tutelle de l’Equipement et des Transports. Le projet consiste en la réalisation d’un dédoublement et l’aménagement de l’axe routier à 2x7 m. «Il aura de multiples retombées sur le plan du développement socio-économique et sur la sécurité routière», indique Mohamed Lakhssassi, directeur régional de l’Equipement et des Transports. La voix express permettra en particulier l’amélioration du niveau de service de la route et la réduction du coût d’exploitation des véhicules sans oublier un meilleur aménagement du territoire entre deux pôles touristiques que sont Essaouira et Marrakech. Par effet d’entraînement, ce sera l’ouverture d’une grande région intérieure du Maroc sur le littoral atlantique. Les travaux sont déjà bien avancés sur 10,5 km pour la section autoroute Marrakech/Agadir à Chichaoua. Ce tronçon sera achevé en octobre prochain pour un coût de 60 millions de DH. Par ailleurs, les aménagements à partir de Chichaoua ont été entamés depuis septembre dernier. Il s’agira de relier cette ville au village de Sidi Lmokhtar sur 25 km pour un budget de 110 millions de DH. Les travaux pour les tronçons restants sont également programmés pour cette année. L’objectif est de faire la jonction entre Sidi Lmokhtar et la bourgade Tafetachte (23,5 km) et Tafetachte/Ounagha sur 26,5 km. Les ponts sur les oueds Chichaoua, Lahmar, Bouirate et Ouazzi ont aussi été étudiés et feront l’objet d’un investissement total de 48 millions de DH.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc