×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech
Le Conseil de Région présente son bilan (2)

Par L'Economiste | Edition N°:2387 Le 20/10/2006 | Partager

. Tourisme pour Marrakech, Essaouira et le Haouz. Agriculture et mines pour El Kelaât et Chichaoua Les axes définis par le programme de développement du Conseil de la Région concernent des activités économiques adaptées aux spécificités locales (agriculture, élevage, artisanat, tourisme). La dernière étude de développement de potentiel, menée par le CRI (Centre régional de l’investissement), a mis en exergue les potentialités de développement des 5 pôles. Marrakech reste bien entendu la lomotive de la région notamment en matière de tourisme, commerce et services. De son côté, la ville d’Essaouira est tournée vers un développement balnéaire de qualité (golfs, port de plaisance et animation culturelle). Il est aussi question d’y développer le tourisme vert. Au Haouz, l’activité devrait évoluer en harmonie, du moins dans le secteur touristique, avec la ville de Marrakech. Une partie devrait être cependant dédiée au secteur de l’artisanat. Kelaât des Sraghna et Chichaoua seraient à vocation agricole, et notamment dans les cultures à faible coût foncier. Par ailleurs, les mines pourraient y développer un pôle d’excellence. Actuellement, l’économie régionale de Marrakech-Tensift-Al Haouz repose en effet sur l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, les mines, le tourisme et l’industrie. Demain, le développement d’autres filières est parfaitement envisageable. Et pourquoi pas une ville technologique et industrielle dans le périmètre de Marrakech.La région est aussi en tête de la production nationale de l’olivier et représente 12% de la production nationale en viande rouge. Elle réalise également 30% du total national dans les produits laitiers. Dans le secteur des mines, ses réserves de phosphates sont de 48 milliards de m3, soit 14% du total national. Sa capacité de production avoisine les 4 millions de tonnes annuellement. Dans l’activité industrielle, le nombre d’établissements est aujourd’hui de 355 unités, réalisant un chiffre d’affaires de 5.500 millions de DH. Marrakech-Tensift-Al Haouz est également le premier producteur en artisanat (40%) concentré notamment dans les villes de Marrakech et d’Essaouira. Ce segment représente 306 millions de DH dans les exportations nationales. Dans le tourisme, la région est indéniablement première de la classe, Marrakech ville tirant l’activité. En termes d’investissements engagés, la région est dans une dynamique de développement. Elle  dépasse de loin la moyenne nationale (cf.leconomiste.com)Aujourd’hui, le challenge pour le Conseil de la Région est d’assurer le développement des autres régions à fort potentiel touristique comme le Haouz. Avec l’arrivée de grands investisseurs comme Beachcomber (grande chaîne d’hôtels mauricienne) ou encore Alain Grenn, qui ramène dans ses bagages des enseignes hôtelières prestigieuses, le Haouz est parti pour devenir un site touristique. En 2006, près de 4 milliards de DH d’investissements y sont engagés, plus que ne réalise n’importe quelle autre ville du Royaume. A noter aussi le gros projet émirati dans la région de l’Oukaimeden et qui porte sur un investissement de 14 milliards de DH. B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc