×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Maroc-France
Modèle de coopération pour un parc industriel

Par L'Economiste | Edition N°:1619 Le 09/10/2003 | Partager

. Un foncier locatif qui réduit de 25 à 30% l'effort d'investissementL'idée de doter la périphérie de Casablanca d'un parc industriel répondant aux normes et standards internationaux était déjà née en 1996. En septembre de la même année, la Chambre française de Commerce et d'Industrie au Maroc (CFCIM) lance alors le projet du parc industriel de Bouskoura. Moins de trois années après (9 avril 1999), le projet s'est concrétisé par un accord de partenariat entre la CFCIM et le gouvernement marocain pour l'aménagement de ce parc sur une superficie de 28 hectares. Il est destiné à accueillir une centaine d'entreprises. Actuellement, près de 60% des lots ont déjà été attribués, le reste est en cours d'attribution après étude par une commission des demandes d'octroi de lots. Des entreprises ont déjà commencé à construire leurs usines et l'activité qui règne actuellement sur le site donne l'image d'un gigantesque chantier.Ce qui est avantageux pour les industriels et les investisseurs, c'est la formule location du terrain. En effet, “les terrains industriels aménagés étant rares, ne répondant pas aux besoins et aux attentes des investisseurs, sont rendus chers par les mouvements spéculatifs”, indique un responsable à la CFCIM. Aussi, le régime de bail locatif a-t-il été jugé comme l'alternative. Le foncier locatif facilite, en effet, l'investissement en réduisant sérieusement le coût de l'effort financier destiné à la réalisation d'un projet. Une réduction qui atteint, en moyenne, 25 à 30% du montant global de l'investissement envisagé, indique le même responsable. Mieux encore, le foncier locatif réduit également l'appel au financement bancaire et de ce fait, réduit aussi les frais financiers à supporter par l'activité projetée. En plus, et contrairement au terrain acheté qui n'est pas amortissable, le locatif est déductible de l'impôt sur les sociétés (lS). En d'autres termes, ce qui est proposé dans cette formule du parc industriel de Bouskoura permet à l'investisseur de faire des économies financières et donc d'allouer ses capitaux propres à l'acquisition d'immobilisations productives. Ce qui se traduit directement par une réduction des coûts de revient et donc une amélioration de la rentabilité et de la compétitivité de son entreprise.La formule permet ainsi à tout investisseur potentiel dans une activité surtout non polluante et créatrice d'emplois de bénéficier après étude de dossier d'un lot en location-bail dans le parc industriel. Ces deux conditions ont été prévues pour conserver à la région son environnement sain et assurer à ses habitants des ressources substantielles. Quelque 6.000 emplois directs et plus de 3.500 indirects sont envisagés. Une visite sur le terrain permet de constater de visu que le parc industriel de Bouskoura ne ressemble en rien aux zones industrielles limitrophes ni même à celles situées dans d'autres régions du Maroc. Entouré d'un grillage qui dissuade curieux et autres intrus, le parc est doté d'une unique entrée gardée par le personnel de sécurité. Ses allées sont propres et éclairées. Le réseau d'assainissement liquide est opérationnel et les voiries sont de loin bien meilleures que celles de nombreux quartiers de Casablanca. Dans ce parc, les industriels n'auront pas de soucis à se faire concernant le réseau d'eau potable. Ils ne connaîtront pas de problèmes de pression puisque les aménageurs du parc ont construit des stations de pompage à même d'assurer une telle pression. Côté tension électrique, des transformateurs basse tension sont déjà installés. Les industriels dont l'activité nécessite la moyenne tension peuvent toujours installer leur propre transformateur. Opérationnel depuis le 1er janvier de l'année en cours, ce parc est géré par la Sogepib (société de gestion et d'exploitation du parc industriel de Bouskoura) avec comme partenaires la Commune rurale de Bouskoura, la Caisse de Dépôts et de Consignations française, la Caisse de Dépôts et de Gestion ainsi que des institutions financières des secteurs de la banque et des assurances. L'investissement hors site a coûté 22 millions de dirhams et a été pris en charge par l'Etat. La Sogepib a assuré, pour sa part, le financement de l'équipement à l'intérieur du site à hauteur de 43 millions de dirhams alors que celui du foncier a été supporté par la CFCIM (12,5 millions de dirhams).Les lots, entièrement viabilisés, sont proposés en location-bail à 5 DH/mois le mètre carré, soit 60 DH l'an. Le bail est consenti pour une durée de 18 années et est renouvelable par tacite reconduction au gré du preneur par période de 9 ans.Le parc industriel de Bouskoura propose également des services d'accompagnement destinés à faciliter la tâche aux investisseurs. La Sogepib jouera en quelque sorte le rôle d'un guichet unique dans la mesure où elle fournira accueil, information, assistance au niveau de l'étude du projet, de l'accomplissement des démarches administratives, des autorisations de construire et d'exercer… Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc