×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Lutte antidrogue
La grande lessive continue

Par L'Economiste | Edition N°:2373 Le 02/10/2006 | Partager

. D’autres responsables des forces de l’ordre suspendus. Les aveux de deux caïds, dont un oncle d’Erramach . La liste se rallongera-t-elle encore?Qui s’y frotte s’y pique. La chasse aux ripoux continue. Plusieurs autres responsables des services de sécurité viennent en effet de tomber dans les filets de la police. L’affaire révélée dans un bref communiqué fait à nouveau grand bruit. Cette purge sécuritaire intervient après l’arrestation, le 25 août dernier, de Mohamed Kharraz, alias Chérif Bin Louidane, un gros trafiquant de drogue, dans le nord du Royaume. Ainsi, les maillons de son réseau sautent à vitesse grand V (cf.www.leconomiste.com). Déjà, le 12 septembre, le «parrain» a entraîné dans son sillage ses complices et protecteurs, pas moins de 36 hauts responsables sécuritaires. En tête de liste: Abdelaziz Izzou, ancien chef de la police judiciaire à Tanger (entre 1996 et 2003) et directeur jusqu’alors de la sécurité des palais royaux. Ce dernier doit notamment répondre de nombreuses accusations: trafic de stupéfiants, facilitation de l’émigration clandestine, implication dans des marchés immobiliers à caractère douteux. Quant à Bin Louidane, c’est un individu très connu dans le milieu tangérois. Malgré plusieurs condamnations, il a continué son trafic sans être inquiété. Il a même été sous le coup d’un mandat international lancé par un juge espagnol dans le cadre d’un dossier de blanchiment d’argent à Marbella. Important promoteur immobilier dans le Nord, il aurait par ailleurs, selon certaines sources, contribué au financement de la rénovation du commissariat central de Tanger. . MoralisationLe 27 septembre, c’est au tour d’Ahmed Chouli, dit Hamidou, et de Mustapha Couieh, caïds notoires, d’entrainer dans leur chute d’autres éléments sécuritaires. Rappelons que Couieh est l’oncle maternel de Mounir Erramach, actuellement incarcéré pour 20 ans ferme. Chouli et Couieh ont cité au cours des interrogatoires plus d’une dizaine de complices, narcotrafiquants et membres des forces de l’ordre. Ces scandales, qui s’inscrivent dans le chantier de la moralisation de la vie publique et éclaboussent les services de sécurité, annoncent-ils la fin d’une époque, celle de l’impunité? Selon certains observateurs, «il n’est plus question de fermer les yeux». Si la chute des barons de Tanger/Tétouan et de leurs protecteurs donnent de l’espoir à certains, d’autres craignent que le bras de la justice n’atteigne d’autres services. Comme en 1996, lors de la première campagne d’assainissement lancée sous le règne de feu Hassan II. Aujourd’hui, dans les salons, le sujet fait les choux gras des conversations à la rupture du jeûne. Il est certain que la grande lessive menée par le gouvernement n’a pas encore d’épilogue. La chasse aux réseaux de trafic de drogue notamment ne fait en réalité que commencer. Il s’agit aussi de veiller à ce que ces derniers ne se reconstituent pas. C’est connu: l’imagination des narcotrafiquants est sans limites. Leurs méthodes et leurs moyens savent s’adapter à toutes les situations.


La liste de Chouli

Le narcotrafiquant Ahmed Chouli a dénoncé lors de son arrestation plusieurs responsables et éléments des services de sécurité qui seraient également impliqués dans un réseau de trafic international de stupéfiants. Ces derniers ont été suspendus de leurs fonctions et mis à la disposition de la justice. Il s’agit de : - Karim Saadi, capitaine des Forces auxiliaires à Tétouan- Boubker El Mounzil, colonel major des Forces auxiliaires- Allal Mourchid, lieutenant colonel des Forces auxiliaires- Abdelhaq, commandant des Forces auxiliaires à Mdiq-Fnideq- Hassan Bojji, capitaine des Forces auxiliaires à Tétouan- Mohamed Iqraoune, lieutenant des Forces auxiliaires à Oued Laou- Abdelkader Toumi, sous-lieutenant de la Gendarmerie royale à Tétouan- Mohamed Naciri, adjudant de la Gendarmerie royale à M’diq- Abdelaziz Tahlaoui, adjudant des Douanes à M’diq.Fatima EL OUAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc