×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

L'ONMT revoit sa stratégie

Par L'Economiste | Edition N°:2743 Le 27/03/2008 | Partager

. Un plan d’action 2008-2010. Une conjoncture internationale difficile. Le touriste de moins en moins fidèleUN virage à 360° ! L’Office national du tourisme (ONMT) repense de fond en comble sa stratégie. La nouvelle politique de croissance sera dévoilée aujourd’hui et demain à Casablanca lors des rencontres nationales de la promotion touristique, organisées conjointement par la Fédération nationale du tourisme (FNT) et l’ONMT envers différents publics cibles. Abbass Azouzi, directeur de l’Office, devra dresser le bilan et les différentes avancées qu’a réalisées le secteur durant les dernières années (2003-2007). Le directeur de l’Office dévoilera aussi le plan d’action 2008-2010 en présence des professionnels du tourisme. Voyagistes, hôteliers, délégués de l’Office à l’étranger… seront au rendez-vous. La nouvelle vision consiste à négocier un nouveau virage en commençant par un recentrage du rôle de l’Office. Et pour cause, la conjoncture connaît un tournant, le tourisme est en pleine mutation et l’année 2008 s’annonce difficile! Il faudra vaille que vaille ajuster le package Maroc eu égard à la montée en régime de pays comme la Turquie, l’Egypte... qui opèrent un retour en force. En effet, les experts prévoient une concurrence plus acerbe cette année, un ralentissement de l’économie européenne, voire une diminution des flux aériens à partir de certains pays, le Royaume-Uni notamment. En même temps, le touriste devient plus informé, expert grâce au Net et de moins en moins fidèle à une destination donnée. D’où la nécessité de l’Office de cibler de nouveaux marchés, censés devenir de véritables relais de croissance. L’Europe de l’Est, l’Amérique du Nord, la Russie, la Chine, le Japon ou encore les pays arabes… représentent des alternatives qui recèlent d’importants potentiels. Sans perdre de vue de consolider les acquis sur le marché européen traditionnel. Pour commencer, l’ONMT a opté pour un recentrage de sa mission et une réorganisation en profondeur. Sur ce registre, une augmentation de la subvention de l’Etat est programmée. Portée à 400 millions de DH en 2007, cette subvention devra atteindre 500 millions de DH en 2008. Parallèlement, une réforme de la TPT (taxe de promotion touristique) est prévue pour accroître cette taxe et porter ses recettes à 130 millions de DH en 2008 (contre 65 millions en 2006). L’Office est également appelé à réduire ses coûts de fonctionnement de 20 millions en 3 ans. Il est également appelé à mettre en place un système d’information comptable et financier en plus d’une certification des comptes par un auditeur externe. Néanmoins, en plus de l’organisation, une nouvelle approche marketing sera déployée, basée sur une politique de croissance plus ciblée, est-il annoncé à l’Office. La déclinaison de cette stratégie passera par un meilleur ciblage de marchés prioritaires et de segments plus attractifs. La destination Maroc sera désormais repositionnée à travers une nouvelle stratégie de communication. La finalité étant d’améliorer la commercialisation en menant au préalable une réflexion sur les différents produits, la saisonnalité, les flux, les marchés… Le tourisme interne et celui des MRE seront aussi appelés à évoluer, voire à se structurer davantage. In fine, l’objectif étant de reconsidérer l’image de marque et la notoriété du Maroc à l’étranger. Ce qui repose essentiellement sur l’amélioration de la distribution à travers des TO intégrés. Le référencement de nouvelles destinations, de tourisme rural et de produits de niche sera un argument de taille relayé par le développement de connexions aériennes étoffées (régionalisation, densification…). Au référencement de destinations nouvelles, s’ajoute le renforcement de destinations comme Fès, Casablanca, Ouarzazate, Essaouira, Tanger… . Se distinguerLa démarche consiste aussi à faire appel à la force de frappe du Net via des partenariats avec les leaders de ce nouveau canal de distribution (Lastminute, Expedia…).L’impératif de développer une connaissance très fine des marchés permettra de grignoter des parts à la concurrence. Les prévisions de croissance prévoient de gagner 7 marchés dits «cœur de cible» à l’horizon 2010. Une étude a été réalisée pour cerner tous les leviers (client, produit, communication, distribution…).Bien entendu, la nouvelle démarche consiste à redéfinir le concept «Client» avec une connaissance approfondie des besoins de chaque segment. En même temps, l’offre produit devra s’adapter aux nouvelles tendances du marché (séjours plus courts, city break, voyage bien-être, affaires…). Le temps du modèle unique de voyage étant révolu. Le constat jusque-là est que l’offre Maroc ne se distingue pas beaucoup de la concurrence directe du trio: Tunisie, Turquie, Egypte. D’où l’impératif pour le Maroc de changer de référentiel de concurrence et de diversifier davantage son offre.C’est justement la raison pour laquelle les axes stratégiques du plan d’action 2008-2010 reposent principalement sur la différentiation et la diversification par la conquête de nouveaux marchés, le développement d’une marque et la fidélisation du touriste. Evidemment, le lancement de plusieurs destinations balnéaires (plan Azur avec Saïdia en premier) durant cette période devra développer la capacité.A elle seule, Saïdia devra cibler des marchés tels que l’Espagne, l’Italie, la Belgique, la France, le Royaume-Uni... Un référencement de la destination est déjà effectué auprès de Travelplan, Ibérojet, Barcelo, Thomas Cook, Look Voyages... Une opération marketing sera lancée incessamment avec des connexions aériennes à partir de mai prochain.


Clé verte

Dans la nouvelle offre, le Maroc a concocté un programme, dit label tourisme responsable ou Clé verte. Concrètement, cette déclinaison porte sur la mise en place d’une campagne de sensibilisation des touristes. Celle-ci passera par l’élaboration d’une charte nationale du tourisme, un guide du voyageur responsable diffusé à travers des TO en France, Allemagne, Royaume-Uni… et dans les aéroports. Une vidéo de bord autour de cette thématique est en cours de finalisation. Les orientations 2008-2010 démarrent par des chantiers importants. Ces derniers reposent sur la consolidation des marchés européens, le développement de ceux de l’Est et la conquête de l’Amérique du Nord tout en explorant l’Asie (Japon et Chine en particulier). S’y ajoutent les MRE et les nationaux, envers lesquels il va falloir affiner l’offre en plus d’une distribution plus structurée.


Image «Maroc»

A l’international, la nouvelle campagne de communication consistera à faire tomber des clichés, des a priori, augmenter significativement la notoriété des destinations et surtout… améliorer l’image du Maroc en levant certains freins liés à des perceptions négatives. Elle sera déclinée via une approche à plusieurs canaux (publicité, événementiel, Net, RP, presse…) en tenant compte des spécificités de chaque marché et destination. Au total, l’on a programmé 200 voyages de presse, 122 émissions TV...Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc