×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès-Anapec
«Nous accompagnons nos clients jusqu’au bout»
Entretien avec Sifeddine Ameziane, directeur régional

Par L'Economiste | Edition N°:2743 Le 27/03/2008 | Partager

L’ Anapec a adopté une politique plus active de proximité envers les chercheurs d’emploi et les employeurs. Elle organise jusqu’au 28 mars la semaine “emploi pour l’étudiant’’ sous le thème “l’Anapec au service des compétences’’. Cette initiative s’ajoute à plusieurs autres visant l’amélioration de l’employabilité. Sifeddine Ameziane, directeur régional de l’Anapec Fès-Boulmane soulève les différents programmes de l’agence qui ont permis une évolution significative des insertions. - L’Economiste: A Fès, plusieurs projets voient le jour. Sont-ils créateurs d’emplois? - Sifeddine Ameziane: Effectivement, les réalisations de l’Anapec au niveau de la région ont progressé d’une façon significative. En chiffres, de 1.000 insertions réalisées sur 3.100 inscriptions en 2004 (32,25%), nous avons atteint 3.145 insertions sur 6.230 demandes en 2007, soit un taux d’insertion de 51%. Si nous prenons comme année de base 2004 et 2007 année charnière du contrat-programme 2006-2008 de l’Anapec avec l’Etat, nous observons que les inscriptions des chercheurs d’emploi se sont multipliées par deux tandis que les insertions se sont multipliées par trois. Cette évolution s’explique par l’adoption d’une politique plus active de proximité envers les chercheurs d’emploi et les employeurs, se traduisant par la signature de plusieurs partenariats. Notamment avec les associations professionnelles afin de connaître leur réel besoin et les accompagner lors de leurs recrutements, avec l’université, les écoles d’enseignement supérieur ou de formation, en installant des espaces emploi sur site, et avec les communes pour implanter des espaces emploi dans les régions éloignées permettant aux chercheurs d’emploi de bénéficier des prestations de l’Anapec en front office (10 bornes interactives d’emploi). Nous avons mis en place également une agence de placement à l’international à Fès. Celle-ci nous a permis d’organiser la sélection de plus 5.000 ouvrières agricoles pour le compte d’entreprises espagnoles, et en témoignage de leur satisfaction, une deuxième campagne de sélection de 1.200 candidates fut organisée la semaine dernière.- Quels sont les profils les plus demandés? Par rapport aux formations disponibles, est- ce qu’il y a une cohérence?- Pour cela, il nous suffit de comparer les offres recueillies (3.543) avec les offres satisfaites (3.145), donc un rapport de satisfaction des demandes de 88%. Par secteurs, les plus employeurs sont les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies de l’information avec 614 emplois. Les services et commerce viennent en deuxième place avec 510 emplois. Le tourisme a engagé 285 postes. La confection et les BTP ont créé respectivement 261 et 186 emplois. A noter que les diplômes les plus demandés ceux de «droit, gestion économie», «technicien industriel», la «langue vivante», le «tourisme», et les «BTP». Evidemment, il existe une certaine cohérence entre les profils demandés et les formations disponibles, néanmoins pour répondre à 100% aux offres ou pour anticiper les besoins existants. - Et comment comptez-vous répondre à ces demandes?- L’Anapec a mis en place des formations à la carte satisfaisant les attentes précises de l’entreprise, en l’accompagnant au niveau de la sélection des candidats et en finançant cette formation. Ainsi, nous avons réalisé la formation de 300 chercheurs d’emploi dans les différents secteurs d’activités et qui, par le biais de cette formation «reconversion», ont réussi à être insérés. A signaler que nous lanceront incessamment une étude prospective, au niveau régional, sur les besoins en emploi, qui nous permettra d’accompagner les différents programmes de développement régionaux et d’anticiper leurs besoins et élaborer des plans d’action pour les satisfaire (Le PDRI, le PDRT, Fès Technovalley).- Quels sont les moyens mis en œuvre pour encourager la création de centres d’appels? Et pourquoi les opérateurs devront-ils choisir Fès?- Fès a toutes les conditions requises pour satisfaire les clients les plus exigeants dans ce domaine car elle dispose d’un important vivier de compétences. A cet égard, l’Université Sidi Mohamed Ben Abdallah a mis en place un important programme de formation. L’OFPPT et l’ Anapec vont former dans ce sens plus de 600 candidats. Et en collaboration avec le CRI et la délégation du ministère du Commerce et de l’Industrie, l’Anapec a organisé une réunion regroupant les 10 centres d’appels de la région pour les sensibiliser sur les avantages octroyés par l’Etat dans le domaine de la formation avant et après recrutement et dont les crédits peuvent atteindre jusqu’à 65.000 DH. Pour illustrer la synergie existant entre le CRI et l’agence, permettez-moi de vous narrer un petit exemple. Il y a deux semaines, un investisseur s’est présenté au CRI pour se renseigner sur les opportunités d’installer un centre d’appels (60 positions pour débuter) à Fès. Au bout de 2 heures, il choisit Fès car on lui a proposé des sites et il a pu passer des entretiens avec un certain nombre de candidats potentiels, au siège même de notre agence. En clair, à Fès on fait un point d’honneur à accompagner nos clients jusqu’à leur satisfaction.Propos recueillispar Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc