×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    L'Italie adopte de nouvelles mesures budgétaires

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    La Lire pourrait réintégrer le Système Monétaire Européen (SME)
    le 23 Novembre, lors du prochain Conseil des douze ministres des Finances à condition qu'elle ne constitue plus un facteur d'instabilité pour elle-même et les autres monnaies.
    Cette éventualité devrait se concrétiser suite à l'approbation par le Sénat, Jeudi 22 Octobre, d'une partie du budget 1993 et du soutien par l'OCDE (fait rarissime), du "plan Amato" de restriction budgétaire, présenté le 17 Septembre dernier, date à laquelle la monnaie italienne prenait congé du SME.
    Ce plan, "sans alternative" et représentant "l'enjeu le plus élevé pour l'Italie depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale", selon les termes du comité d'examen des situations économiques de l'OCDE, comporte des réformes structurelles accompagnées d'un projet de budget pour 1993, prévoyant 93.000 milliards de Lires d'économies.
    Jeudi dernier, ce sont donc quatre grandes réformes qui ont été adoptées.
    Celles-ci portent sur l'élévation de l'âge du départ à la retraite de 60 à 65 ans pour les hommes et 55 à 60 ans pour les femmes, l'établissement, en matière de santé publique, de plafonds de revenus pour pouvoir bénéficier de la gratuité des prestations, l'adoption de nouvelles règles d'embauche et de déroulement de carrières dans la fonction publique, enfin la refonte des finances locales. L'ensemble de ces efforts représente près de 24.000 milliards de Lires d'économies.
    L'autre partie du plan de rigueur concerne les recettes fiscales, notamment l'application d'un impôt sur le patrimoine des entreprises et ce, pendant trois ans. Sur ce point, le vote de l'Assemblée puis du Sénat doit être chose acquise, au plus tard à la fin de l'année.

    Rubrique réalisée par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc