×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L'investissement au coeur du plan sectoriel

· Le seuil des conventions à 200 millions de DH?

Par L'Economiste | Edition N°:453 Le 01/03/1999 | Partager

4 millions de touristes étrangers et 26 milliards de Dirhams de recettes d'ici quatre ans. Tels sont les objectifs-phares que vise le Plan quinquennal. Soit le double des performances actuelles.


Démarquer le produit Maroc des autres destinations, compresser les charges liées à la production et à la distribution, renforcer la promotion institutionnelle et augmenter la capacité d'hébergement au rythme de 30.000 lits par an d'ici 2003. Ce sont les quelques grandes orientations qui se dégagent du plan sectoriel du tourisme.
L'investissement devrait être au centre de la stratégie du Ministère du Tourisme pour étendre la capacité hôtelière du pays mais surtout diversifier l'offre. L'hébergement nécessite à lui seul un investissement de 7 milliards de Dirhams tout au long de la période du plan, note le rapport du Ministère.
Pour inciter les opérateurs, le gouvernement envisage de baisser le seuil d'investissement de 500 à 200 millions de Dirhams pour accéder au régime conventionnel, de relancer le projet de création d'un fonds spécial affecté à la rénovation des hôtels, de réactiver l'Agence Foncière Touristique dont l'objectif est de mettre à la disposition des opérateurs des terrains à des prix compétitifs. Afin de réduire les coûts, le plan recommande la révision des normes de construction et de classement, l'application à l'hôtellerie du tarif industriel pour l'eau et l'électricité et l'exonération des opérateurs touristiques des charges sociales concernant les nouveaux emplois créés dans les cinq premières années d'exploitation.

Au niveau fiscal, l'objectif est de faire bénéficier les professionnels de la baisse de 50% de la charge fiscale (IS) pour le montant de leur chiffre d'affaires réalisé en devises, baisser de 10% le taux de TVA sur le transport terrestre, les agents de voyages et les réceptifs et à 7% pour l'hôtellerie et la restauration. Cet allégement sera accompagné de la simplification des taxes et des impôts locaux, notamment l'uniformisation des taux de taxe de séjour aujourd'hui selon les régions, voire les communes. La mise à niveau des ressources humaines occupe également une place importante dans le plan. Il s'agit essentiellement de développer de nouvelles branches et filières de formation. Des partenariats avec le Canada et la France sont à l'étude. D'autres projets, notamment la modernisation de l'Administration publique, sont proposés dans le programme MEDA.
Au plan du transport aérien, le projet du plan de la réglementation du trafic charter vient en première position. Concernant le transport terrestre, il sera question de corriger les textes réglementant l'utilisation des véhicules de transport ainsi que l'assouplissement des procédures pour les agréments du transport touristique. L'allégement des taxes et des taux de police d'assurances s'ajoutent à ces mesures éventuelles. Pour le transport maritime, l'ambition est d'aligner le port de Tanger sur ceux de Sebta et Sète en matière de taxes sur les passagers et des frais portuaires.


Promotion: 2.500 DH par lit classé


D'après le rapport du Ministère du tutelle, l'Office National Marocain du Tourisme (ONMT) doit se concentrer sur sa mission de base, à savoir la promotion institutionnelle. "L'organisation actuelle ne lui permet pas de jouer pleinement ce rôle". C'est dans ce sens, que le Ministère du Tourisme envisage de redéfinir les missions de cette structure mais sans préciser ce que pourrait être son contenu. Ce sera le nième projet de réforme pour cet organisme.
Les auteurs du rapport recommandent une augmentation substantielle du budget alloué à la promotion, de manière à arriver à consacrer 2.500 Dirhams par lit classé. Les ressources allouées à l'ONMT pour fin 2003 passeraient à 343,7 millions de Dirhams (y compris les frais de fonctionnement), contre 177 millions actuellement. D'ici là l'Office serait doté d'un nouveau siège dont la construction est prévue entre 2001 et 2002. L'effort de promotion sera concentré essentiellement sur les débouchés traditionnels du tourisme marocain, notamment la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. Le Ministère justifie son choix par le fait que 85% de la clientèle touristique provient de ces pays. Pour la diversification, on attendra. Il est recommandé d'appuyer en priorité la promotion du tourisme balnéaire. Le Ministère du Tourisme veut relancer les stations du Nord dont le taux d'occupation stagne à 32% à travers un programme de manifestations événementielles. L'Office devrait intégrer dans sa stratégie de promotion plus qu'il ne fait aujourd'hui les nouvelles technologies dans son action. La création d'un site Web "fédérateur" avec le partenariat de plusieurs opérateurs est envisagée.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc