×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

L'inquiétude grandit face à l’euro fort

Par L'Economiste | Edition N°:2728 Le 05/03/2008 | Partager

. Les exportations européennes rendues plus chères. Les Etats-Unis semblent s’accommoder de la glissade du dollarLES ministres des Finances de la zone euro se sont dits préoccupés lundi dernier par l’ampleur de la hausse de la monnaie unique face au dollar, tout en réfutant les critiques du patron du FMI qui a rendu la BCE «surpuissante» en partie responsable de cette situation.«Nous sommes préoccupés par les mouvements des taux de change», a déclaré le président de l’Eurogroupe, le forum qui regroupe ces ministres, Jean-Claude Juncker, ministre des Finances du Luxembourg, à l’issue d’une réunion à Bruxelles.Fait un peu nouveau, il a tenu à pointer du doigt «dans les propos (récents) des autorités américaines, la phrase significative selon laquelle un dollar fort est dans l’intérêt des Etats-Unis», reprenant des propos tenus un peu plus tôt par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet.Une manière d’inviter Washington à mettre en pratique ses promesses d’oeuvrer en faveur d’une appréciation du billet vert, alors que les Etats-Unis donnent le sentiment de s’accommoder de sa glissade, qui soutient leurs exportations à un moment où la croissance américaine ralentit dangereusement.La semaine dernière, le président George W. Bush a répété qu’il soutenait une politique du dollar fort, sans pour autant freiner la chute du billet vert, qui ne cesse de dégringoler. L’euro est passé au-dessus du seuil historique de 1,50 dollar, ce qui pèse sur les exportations européennes rendues mécaniquement plus chères.La situation n’est «pas très encourageante», a également dit le ministre slovène des Finances, Andrej Bajuk, dont le pays, qui a adopté l’euro en 2007, assure la présidence tournante de l’UE.Toutefois, ces déclarations convenues, récurrentes à chaque réunion, dissimulent mal des divergences entre pays de la zone euro sur l’attitude à adopter, certains prônant une action plus vigoureuse face à l’appréciation de la monnaie unique, d’autres y voyant des avantages, puisqu’elle permet notamment d’alléger la facture énergétique du continent, libellée en dollars.«Lorsque nous avons créé l’Union économique et monétaire, nous voulions une monnaie forte, eh bien nous l’avons à présent et nous ne devrions pas nous en plaindre», a ainsi fait valoir le ministre néerlandais des Finances, Wouter Bos.Ce manque de cohésion empêche la zone euro d’adopter une attitude plus ferme face à des Etats-Unis qui ne sont nullement pressés d’agir face à la baisse du dollar. Ils l’ont clairement fait savoir lors de la dernière réunion des ministres des Finances du G7 au Japon en février.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc