×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Les voitures GPL attendent leur homologation

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· Fiat et Primagaz ont bouclé l'étude d'un projet de production de voitures circulant au GPL
· Dans une première phase, il ciblerait les chauffeurs de petits taxis


Des voitures circulant au GPL (gaz de pétrole liquéfié) au Maroc... Non, ce n'est pas un canular. C'est même très envisageable à proche échéance. Des prototypes, basés sur des modèles Siena de Fiat, ont déjà fait leurs premiers tours de roues lors de la journée nationale de l'environnement qui a eu lieu le 8 mai dernier à Rabat. Cependant, la commercialisation effective de ces véhicules bute toujours sur un problème d'homologation. Une commission mixte, comprenant des représentants des Ministères de l'Environnement, de l'Energie et des Transports, devait statuer sur les normes applicables pour l'introduction de véhicules circulant au GPL au Maroc, mais son verdict tarde. Pourtant, affirme un responsable de Fiat Auto Maroc, "ce type de carburant a déjà démontré son opportunité sous des cieux comparables aux nôtres". En Turquie par exemple, où paraît-il, le GPL commencerait même à concurrencer par ses performances les ventes de véhicules essence.
En attendant l'homologation, Fiat, en partenariat avec Primagaz et sa filiale Sodipi, spécialisée dans la production de GPL, ont déjà bouclé l'étude de faisabilité d'un projet-pilote prévoyant de commercialiser près de 500 véhicules GPL. Cette opération-test, étalée sur trois ans, ciblera uniquement dans un premier temps les chauffeurs de petits taxis.
Fiat s'engagerait à installer des kits spéciaux pour rouler au GPL sur des modèles Siena standard. De son côté, Primagaz assurerait l'approvisionnement en carburant en installant des centres de remplissage.
Produit de substitution, le GPL a l'extrême avantage de limiter les émissions de gaz carbonique et de réduire au maximum la responsabilité de l'automobile dans la pollution atmosphérique. De plus, son coût de consommation serait inférieur de plus de 40% à celui d'un véhicule Diesel. De même, la durée de vie d'un véhicule roulant au GPL serait rallongée de cinq ans, est-il expliqué. Des particularités qui le feront largement apprécier des chauffeurs de taxis, bien que le prix initial devrait, en toute logique, dépasser celui d'un véhicule normal. Les ménages, en revanche, devraient être moins intéressés du fait de l'autonomie réduite de ce type de véhicules et de sa dépendance des centres de remplissage limités à la ville.
Techniquement, la Siena GPL bénéficiera d'un système de bicarburation fondé sur la présence d'un réservoir à essence en parallèle avec celui du GPL, installé près de la roue arrière pour éviter les chocs. Le démarrage s'effectue toujours à l'essence, puis le système bascule vers le GPL automatiquement ou par manipulation d'un commutateur.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc