×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le foyer à petit prix: La formule des promoteurs immobiliers

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· Objectif, contourner la difficulté du pouvoir d'achat
· Insolvabilité, taux d'intérêt, avances... Les obstacles de l'acquisition


"Achetez votre foyer au prix du loyer", c'est la formule que font miroiter des promoteurs immobiliers pour encourager les acheteurs potentiels. Une recette désormais connue de tous, essentiellement dans la capitale économique, et qui fait mouche. Des facilités et des offres alléchantes sont proposées. Des campagnes publicitaires, des appartements meublés offerts, des voitures en prime ou des sommes d'argent, ce sont là quelques-uns des éléments présentés pour inviter les futurs acquéreurs à franchir le pas. A l'origine de ce forcing, la faiblesse du pouvoir d'achat. S'y ajoute aussi le problème de la pénurie et de la cherté du loyer. Pour contourner ces difficultés, les promoteurs ont décidé, les organismes bancaires aidant, à adopter une stratégie plus réaliste. L'idée du foyer au prix du loyer s'inspire largement du principe français "la location-vente". Ce système permet au locataire de devenir propriétaire moyennant une participation mensuelle sur une durée déterminée. Au Maroc, cette idée a commencé à faire son chemin depuis l'adoption de la politique des 200.000 logements. "Les promoteurs privés ont choisi cette voie, car l'Etat leur a accordé des avantages fiscaux notamment", souligne Moulay Ali Ouafoussi du Secrétariat d'Etat chargé de l'Habitat. Il s'agit par exemple d'une exonération de la TVA sur les appartements dont la valeur ne dépasse pas les 200.000 DH.
Aujourd'hui, dix organismes publics(1) opèrent dans le secteur en plus des promoteurs privés affiliés à la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics. Parallèlement, se sont développés des promoteurs privés exerçant d'une manière informelle, est-il indiqué auprès du Ministère de l'Habitat.
Globalement, le promoteur construit et met sur le marché des logements dont le financement est pris en charge par l'organisme bancaire. Dans la majorité des cas il est demandé au client de verser une avance. Une condition insurmontable pour ce dernier. De plus, les taux d'intérêt, qualifiés d'exorbitants, se situent entre 6,5 et 11%, ce qui rallonge encore plus la période de recouvrement et pose le problème des impayés, explique M. Abdelmajid Khoudir du promoteur Biladi qui a à son actif le projet Al Khouzama. Pour pallier cette situation, les promoteurs publics ont opté pour une autre solution. Il s'agit de permettre au client d'ouvrir un livret d'épargne lui permettant à terme d'acquérir son logement et d'honorer l'avance exigée.
D'autres organismes bancaires proposent des crédits à la carte adaptés et personnalisés.

Abdelaziz MEFTAH

(1) Il s'agit entre autres de la Société Nationale d'Equipement et de Construction, de l'Agence Nationale de lutte contre l'Habitat Insalubre, du projet Attacharouk à Ben M'sik à Casablanca, de la Compagnie Générale Immobilière qui dépend de la Caisse d'Epargne et de Gestion...

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc