×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Les poids lourds à fin Octobre : La baisse est moins forte que prévu et concerne surtout les bus et cars

    Par L'Economiste | Edition N°:58 Le 17/12/1992 | Partager

    Les professionnels du poids lourd estiment la baisse des ventes de 25 à 30% pour le deuxième trimestre 1992. Mais du fait du bon comportement du marché lors du premier semestre, le secteur terminerait l'année avec une baisse de 5% seulement. Pour les professionnels, la situation n'est pas aussi catastrophique qu'ils prévoyaient. Au début des années 1980, le marché avait perdu presque les deux tiers de ses ventes à cause de la sécheresse.

    Les ventes de camions prises à part sont en faible augmentation de 2,33% à fin Octobre 1992 par rapport à la même période de l'année passée. En effet, elles sont passées de 2.967 à 3.036 unités.

    Une baisse importante de 20,89% est enregistrée sur le segment des 19 à 26 tonnes. Cette baisse est expliquée par la réduction des budgets d'investissements étatiques du fait que ce segment concerne les camions de travaux publics. Sur ce segment, la marque Volvo détient la part du marché la plus importante soit 38,4%, suivie de Renault VI avec 33,6% et de Mitsubishi avec 28 %.

    Le segment des 38 tonnes ou des tracteurs routiers a connu, lui même, une baisse de 13,66%. Le nombre d'unités rendues est passé de 366 à fin Octobre 1991 à 316 unités à la même période de cette année. Volvo détient également dans ce marché une part prépondérante soit 70,89%. La marque Renault VI est en deuxième position avec 20,57% du marché, suivie de Mitsubishi avec 8,54 %.

    Le segment des 8 tonnes a enregistré quant à lui une hausse modeste de 3,29%. Le nombre d'unités vendues est passé de 1.791 à fin Octobre 1991 à 1.850 à la même période de cette année. "Une hausse plus importante aurait été enregistrée si le secteur agricole s'était mieux porté cette année", affirment les professionnels.

    Le secteur des bus et autocars a connu une baisse de 16,24% de Janvier à Octobre 1992 en comparaison à la même période de l'année passée. En effet, les ventes des bus et autocars ont baissé de 388 à 325. La marque Renault VI détient 41,23% du marché. DAF 39,08% et Volvo 12%. Les autres parts sont partagées entre Isuzu, et Mitsubishi.

    Les ventes des autobus ont enregistré la baisse la plus importante soit 33,04%. En effet, les sociétés de transport urbain sont affectées par la rareté des moyens de financement.

    Le segment des autocars connaît également un ralentissement du taux de progression de ses ventes. A fin Octobre 1992, l'évolution des ventes était de +1,97%.

    La gamme des autocars de tourisme a enregistré une hausse favorable de 140,91%, les ventes ont augmenté de 22 à 53 unités. C'est en fait un phénomène de rattrapage puisque le segment avait connu une chute l'année dernière suite à la crise du secteur touristique.

    L.T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc