×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Les «Marocains afghans» devant la Cour demain

Par L'Economiste | Edition N°:1609 Le 25/09/2003 | Partager

. Les accusés ont été extradés de l'Iran, la Mauritanie…C'est un dossier chaud que devra examiner la chambre criminelle près la Cour d'appel de Rabat ce vendredi. Il concerne le groupe des «Marocains afghans» accusés de vouloir créer le «mouvement marocain islamique combattant». Ils sont poursuivis pour avoir tenté de créer une branche armée du groupe en question et d'avoir reçu de l'argent pour financer leurs opérations terroristes au Maroc.Cette mouvance est dangereuse à plus d'un titre si l'on croit les éléments d'enquête contenus dans le rapport du juge d'instruction. D'abord, la relation du mouvement avec le réseau d'Al Qaida. Ensuite, ses membres sont des anciens combattants moudjahidine afghans. Et enfin, certains accusés ont avoué avoir tissé des relations avec d'autres groupes radicaux comme le GIA algérien ou le Mouvement islamiste libyen armé.Me Benchekroun, qui devrait présider l'audience, a reporté à demain vendredi l'examen du dossier et ce, compte tenu des chefs d'accusation accablants retenus contre les membres du groupe. Au total, huit prévenus sont poursuivis dans cette affaire. Ils ont été tous arrêtés hors du territoire marocain (la Mauritanie, l'Iran...). Reste encore les têtes pensantes du réseau qui sont actuellement en fuite. Il s'agit de Mohamed Carbouzi, présumé émir de la mouvance, et Younès Chakouri, son bras droit.Selon les éléments de l'enquête, les principaux inculpés dans l'affaire ont reconnu s'être rendus en Afghanistan pour acquérir les techniques de la guérilla urbaine, la manipulation des armes et l'utilisation des mines antipersonnel. L'objectif est de transplanter ces techniques au Maroc contre des sites stratégiques.Leurs rencontres avec les chefs de guerre afghans, les Talibans et Oussama Ben Laden étaient fréquentes. Et des déplacements dans des pays où résident des figures emblématiques du jihad comme l'Angleterre, le Pakistan et l'Iran ont été effectués pour légitimer leur mouvement. Noureddine Nafiâ, alias Abou Mouâd, est le premier accusé qui sera appelé à la barre. Il a avoué avoir côtoyé Oussama Ben Laden lorsqu'il était membre d'un parti islamique afghan durant la période où les Talibans gouvernaient ce pays. Nafiâ a confié aussi qu'il était un membre influent dans le Conseil de «Choura» des Talibans, ce qui lui permit de rencontrer et recruter des figures connues de moudjahidine venus de plusieurs pays. Devant ses enquêteurs, il a reconnu être l'un des rescapés de l'intervention américaine en Afghanistan. Et après la chute du régime des Talibans, il a choisi la voie de la clandestinité. Ses tentatives de se réfugier en Arabie saoudite avec sa femme ont été vaines. Il s'est dirigé vers la Mauritanie où il s'est installé durant une année avant son arrestation, suite au mandat d'arrêt international lancé contre lui par les autorités marocaines. Son nom a été cité à plusieurs reprises dans les rapports de la police judiciaire de certains accusés.Salaheddine Benyâch est le deuxième accusé important dans cette affaire et qui sera entendu par la Cour. Cet ancien moudjahid afghan garde encore les stigmates des combats menés en Afghanistan, en Tchétchénie et en Bosnie où il a perdu son oeil droit.


Similitude

Selon les aveux de ses membres, le groupe islamique des Marocains combattants a été créé en 1998. Il est constitué de Marocains qui ont combattu en Afghanistan, Tchétchénie et Bosnie. Le groupe s'inspire des principes et des techniques des cellules du réseau Al Qaida de Ben Laden et dispose de plusieurs antennes à l'étranger ayant pour mission de recruter les anciens moudjahidine marocains.Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc