×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Les locomotives de la croissance mondiale s'essoufflent

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

Américains, Européens et Japonais revoient à la baisse leurs perspectives de croissance pour 1995 et 1996.
Après le boom de l'été, les Etats-Unis connaissent un fort ralentissement de leur croissance. La banque JP Morgan, rapporte La Tribune, "explique le recul des principaux indices américains par la réduction des stocks qui devraient bientôt toucher à sa fin".
L'institut de conjoncture Washington Analysis estime que le PIB devrait croître de seulement 1,4% en 1996 contre 2,5% prévus initialement. Pour sa part, la Bank of Boston table sur une croissance zéro.

Le ralentissement constaté en Europe est la "conséquence de l'incontournable austérité budgétaire et d'une politique monétaire qui commence seulement à s'assouplir", indique La Tribune en citant un stratégiste. Pour un économiste de chez American Express Bank à Londres, l'Europe ne connaîtrait qu'une "pause". " Devenant stimulante, la politique monétaire devrait relancer l'activité", estime-t-il. Quoi qu'il en soit, des pays comme le Danemark, la Suède ou la Grande-Bretagne ont corrigé à la baisse leurs prévisions de croissance.
Embourbée dans ses conflits sociaux, la France n'attend plus, pour 1995, qu'une croissance comprise entre 2,5 et 2,75% au lieu des 2,9% prévus jusqu'alors, a déclaré devant l'Assemblée Nationale M. Jean Arthuis, le ministre français de l'Economie. Cette nouvelle prévision, souligne Le Figaro Economie, n'exclut pas une croissance zéro au quatrième trimestre 1995 "puisque l'acquis de croissance de 1995 est précisément de +2,5%", est-il souligné. La prévision de croissance pour 1996, soit +2,8%, n'a pas été modifiée. Elle est pourtant jugée optimiste par la plupart des économistes français.

Quant au Japon, l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) estime, dans son dernier rapport consacré au pays, que "les nouvelles mesures de relance mises en place en 1995, associées à la baisse de valeur du Yen devraient permettre à la croissance de revenir aux alentours de 2% en 1996". C'est grâce au maintien des investissements des entreprises et à une reprise de la consommation que l'économie japonaise devrait se réveiller, explique l'Organisation. Ces prévisions doivent être prises avec beaucoup de prudence, car les risques de dérapage sont multiples, affirme l'OCDE. Il suffit que le Yen connaisse une nouvelle appréciation pour que soit relancé "le processus de réduction des coûts et de rationalisation dans le secteur manufacturier, avec des effets négatifs sur l'emploi, donc sur la consommation", préviennent les experts de l'Organisation.
Autres risques aux yeux de l'OCDE: le système bancaire avec ses créances douteuses et une dégradation des finances publiques consécutive à des plans de relance successifs notamment.
A côté de la nécessité de "maintenir des conditions monétaires souples" afin de donner une impulsion à la demande intérieure, les auteurs du rapport considèrent que "la clé d'une croissance soutenue à moyen terme reste la déréglementation".

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc