×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les imams gratifiés en 2004

Par L'Economiste | Edition N°:1670 Le 25/12/2003 | Partager

. Une enveloppe supplémentaire de 150 millions de DH pour les responsables des mosquées. Une opération de recensement des biens Habous lancée l'année prochaine«Mieux vaux prévenir que guérir», c'est la stratégie que les responsables du ministère des Affaires islamiques comptent activer en 2004 pour lutter contre l'extrémisme religieux qui a entraîné les attentats du 16 mai dernier à Casablanca. Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques a présenté, devant la Commission de l'enseignement et des affaires culturelles et sociales relevant de la Chambre des Conseillers, le plan d'action de son département pour l'année prochaine. Le ministre devait justifier la hausse importante du budget alloué à son ministère pour la prochaine année (50% de hausse par rapport à 2003). En matière d'éducation religieuse, le défi que doit relever Ahmed Taoufiq est énorme. Les objectifs du département sont tracés. «Il s'agit d'assurer l'accomplissement du culte pour tous les citoyens dans les meilleures conditions, tout en sauvegardant les valeurs de l'islam», a indiqué le ministre. Son département compte lancer un programme de formation et d'encadrement pour les «études en matière religieuse» au profit des responsables des mosquées. Les prêcheurs et les imams sont les premiers visés. L'action du ministère interviendra en amont en matière de formation par le renforcement de l'encadrement depuis l'intégration des futurs imams dans les premiers cycles de l'enseignement classique.La situation financière de ce corps sera améliorée, a précisé le ministre devant les conseillers. Le budget 2004 prévoit une enveloppe financière supplémentaire de 150 millions de DH pour leur servir de primes. En plus, le ministère prépare un projet pour assurer la couverture médicale à tous les responsables des mosquées. Sur le registre des émissions programmées pour 2004, le plan d'action du ministère prévoit 8 émissions télévisées religieuses qui seront diffusées à partir de l'année prochaine et aussi des leçons religieuses pendant les mois de Ramadan.Les coopérations aussi bien avec les pays que les associations opérant dans le domaine religieux seront activées.. Corriger les dysfonctionnementsSur le plan des publications, le ministère contribuera à l'édition de plusieurs ouvrages ayant un aspect religieux en langue française, espagnole et anglaise. Cette documentation sera destinée aux responsables (ouléma, imams). L'objectif est de corriger les dysfonctionnements d'une formation très souvent déficitaire en analyse.Sur le plan des Habous, le ministère compte procéder à la fructification des biens Habous et des capitaux qui en sont issus. L'effort sera concentré sur l'amélioration des rentes des biens Habous et de la communication sur les biens et les services rendus. Ainsi, les opérations de recensement ont été lancées pour le comptage des propriétés Habous, à savoir les constructions religieuses et les établissements relevants du secteur. L'objectif est de suivre les changements qui affectent ces biens. Un registre sera ouvert à cet effet pour tenir compte des modifications qui touchent les opérations mobilières. A ce niveau, le département des Affaires religieuses a déposé 3.500 demandes de conservation auprès de l'Agence nationale de conservation foncière.


Restauration

Le renouvellement des biens Habous est devenu une priorité pour le ministère après que la situation est devenue alarmante. Des propriétés issues des Habous se sont effondrées ou presque dans les anciennes médinas de certaines villes. 26% de ces biens servent à l'usufruit au profit de tierce personne et dont le loyer ne dépasse pas en moyenne les 26 DH. Pour pallier à ces problèmes, le ministère compte lancer une large opération de rénovation des biens Habous. Ainsi, des constructions implantées à Marrakech sur des terres Habous seront réaménagées. Une enveloppe de 393 millions de DH sera consacrée au relogement de 2.500 familles. A Oujda, une même opération d'une enveloppe de 18 millions profitera à 600 familles. Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc