×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Les ambitions d’Inveravante au Maroc
Entretien avec Badr El Ouazzani, directeur exécutif

Par L'Economiste | Edition N°:3370 Le 27/09/2010 | Partager

. Trois gros projets immobiliers à Casablanca, Marrakech et Tanger. Le groupe espagnol investit aussi dans l’oléiculture et les énergies renouvelablesInveravante est une holding fondée et présidée par l’entrepreneur Manuel Jove Capellán, ex-propriétaire du groupe Fadesa. Anfa Place est la troisième opération du promoteur espagnol au Maroc. En effet, Inveravante réalise le projet Tanger City Center (2 milliards de DH) et participe au projet Bab Marrakech (16 milliards de DH). Inveravante compte également développer une filière énergétique au Maroc. L’Espagnol a signé, dans ce sens, un accord cadre avec l’Office national de l’électricité (ONE) dans le cadre du programme Energie Pro. Par ailleurs, des études sont menées pour développer des fermes oléicoles de dernière génération à travers le Maroc. - L’Economiste: Comment avance le projet Anfa Place? - Badr El Ouazzani: Tout se déroule comme prévu. Le calendrier est, pour l’heure, respecté. Les gros œuvres ont été entamés en février 2009 avec une échéance prévue pour la fin de l’année. Quant aux installations et aux travaux de finition, ils ont débuté dans plusieurs blocs du projet. En maintenant cette cadence et sous réserves de petits ajustements liés à un chantier de cette envergure, les travaux devront être finalisés au plus tard vers la fin de l’année 2011. Il ne faut pas perdre de mémoire le fait qu’il s’agissait d’un projet intégré, comprenant une unité hôtelière, une résidence touristique, des plateaux de bureaux, un centre commercial, un ensemble résidentiel et un club privé, le tout devant être livré d’un seul tenant. - Est-ce que le groupe Inveravante maintient ses projets au Maroc malgré la crise économique internationale?- La présence du groupe Inveravante au Maroc ne relève pas du conjoncturel et ne dépend des fluctuations que peut connaître l’économie mondiale. C’est une implantation stratégique basée sur une réflexion profonde et rationnelle. Les raisons sont multiples: je pourrais en évoquer quelques-unes, par exemple, le positionnement géographique du Maroc ainsi que les différents accords de libre-échange et de partenariats que le Royaume a ratifiés et qui font que le pays s’est imposé comme un hub international quasi incontournable; on pourrait également citer l’audace et la pertinence des différents plans de développement sectoriels qui, en plus de consolider l’outil productif national, permettront, à maturité une fois optimisées les différentes synergies, de créer une offre industrielle globale très compétitive. - Vous avez des projets dans le domaine de l’oléiculture et les énergies renouvelables. où en êtes-vous?- Effectivement et outre le secteur de l’immobilier dans ses différentes composantes dans lequel on est, pour le moment, présent avec deux projets d’envergure Anfa Place Living Resort et Tanger City Center, le groupe compte investir dans d’autres secteurs d’activité et notamment ceux que vous avez cités. Pour le moment, nous sommes en train d’étudier plusieurs possibilités dans différentes régions du Royaume, et nous ne manquerons pas de communiquer dessus dès que leur évolution le permettra.Propos recueillis par Badr KIDISS (journaliste stagiaire de l’ESJC)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc