×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Banques Populaires
Première étape vers la consolidation du groupe

Par L'Economiste | Edition N°:3370 Le 27/09/2010 | Partager

. La fusion entre BCP et Banque Populaire de Casablanca effective en octobre. Elle se fera par augmentation de capital de BCPLe rapprochement entre BCP et les Banques Populaires régionales (BPR) prend forme. La première étape sera la fusion-absorption de la Banque Populaire de Casablanca par augmentation de capital de BCP. L’opération devrait être validée par l’assemblée générale extraordinaire des deux entités prévue le 29 octobre. La fusion, elle, sera effective deux jours après (cf.www.leconomiste.com du 24 septembre).La disparition des BPR a été décidée dans le cadre de la réforme du Crédit Populaire du Maroc (CPM). Autre conséquence, l’appellation CPM sera, à terme, abandonnée au profit de Banque Centrale Populaire. Au-delà de la réforme, la réunification de ces entités permettra une meilleure lisibilité des comptes du groupe. En effet, la lecture des comptes de la BCP, ceux du Crédit Populaire du Maroc (Banques Populaires régionales + BCP) et de l’entité dans sa globalité prêtait souvent à confusion.Côté activité, l’aboutissement de cette première opération dotera la BCP d’un réseau de distribution propre de plus de 170 agences. En plus de ses métiers historiques qui sont la banque des marchés, d’investissements, de financement ou encore l’activité à l’international, les segments des particuliers, des Marocains du monde, des professionnels ou encore des entreprises s’y ajouteront.A terme, BCP pourrait absorber les 10 autres banques régionales. L’autre possibilité retenue dans le texte sur la réforme du CPM est la suppression des BPR par voie de fusion ou d’absorption par une ou plusieurs d’entre elles. Déjà à l’issue de cette première opération, le poids des Banques Populaires régionales dans le capital de BCP sera ramené de 19 à 17%. Au terme des six premiers mois de l’année, BCP et la Banque Populaire de Casablanca affichent un produit net bancaire respectif de 1,7 milliard (1,3 milliard en juin 2009) et 780 millions de DH. Elles réalisent chacune un résultat net de 767 (718 au premier semestre 2009) et 211 millions de DH. F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc