×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

L'Ecole des Beaux-Arts, invitée de l’espace Lydec

Par L'Economiste | Edition N°:2118 Le 28/09/2005 | Partager

. Les artistes en herbe s’y relaieront jusqu’au 17 novembre . Quelques tableaux sont abstraits, d’autres semi-abstraits SEPT lauréats de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts (ESBA) exposent depuis le 14 septembre certaines de leurs œuvres à l’espace Lydec et ce jusqu’au 17 novembre. “Notre objectif est d’encourager des jeunes talents en mettant à leur disposition un espace où ils pourront se faire connaître auprès du public”, explique Bouchra Ghiati, directrice communication chez Lydec. Durant toute la durée de l’exposition, ils vont se relayer afin de présenter leurs œuvres aux visiteurs. C’est donc l’occasion pour eux de s’exprimer sur leurs réalisations et d’expliquer les messages qu’ils ont voulu transmettre à travers leurs tableaux.En fait, chacun des lauréats a son style, même si tous font de l’abstrait. Moubarak Amal, par exemple, a réalisé un vieux mur à la peinture décollée. Il a utilisé de la poudre de bois et a opté pour la technique du collage. “Le mur reflète les effets du temps et les intempéries. Il raconte une histoire”, explique le jeune artiste. Adil Oubari, pour sa part, a réalisé un joli tableau avec pour thème principal un vieil instrument de musique marocain, “le rbab”, qui est en fait l’ancêtre du violon. Adil, grand amateur de musique andalouse, indique que les plus grands maîtres de musique andalouse jouent du rbab. Les couleurs chaudes utilisées (orange, jaune, rouge) rappellent la convivialité et la nostalgie d’une époque révolue. Kawtar Noureddine, elle, expose plusieurs beaux tableaux, ayant tous pour thème, la main. “C’est la partie la plus animée du corps”, soutient-elle. Les tableaux, réalisés avec de la peinture à huile, dégagent une certaine chaleur, grâce aux couleurs chaudes utilisées, qui rappellent l’ocre de la terre. Amal Madiou, elle, a peint un tableau semi-abstrait, représentant un monde imaginaire idéal avec la mer, la terre et la nature. Des arbres rouges y sont peints, donnant un aspect original à l’ensemble. Pour Abderrahmane Rahou, directeur de l’ESBA, c’est la première fois que des lauréats de l’école ont l’occasion d’exposer leurs tableaux dans un espace public. “Voilà une belle aubaine pour eux d’acquérir une plus grande confiance en eux-mêmes. Maintenant, il ne tient qu’à eux de continuer à travailler pour exposer”.Depuis peu, le directeur de l’école a créé un espace galerie. La première exposition a été celle d’une vingtaine de caricaturistes, qui ont présenté une série de caricatures et de bandes dessinées. Désormais, l’ESBA va mettre en place un programme d’expositions et inviter des artistes, le but étant d’instaurer un dialogue et un échange entre étudiants et artistes professionnels. N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc