×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

L'EACCE se relooke

Par L'Economiste | Edition N°:439 Le 09/02/1999 | Partager

Politique de recrutement, départs volontaires, rénovation des locaux... Les chantiers de la restructuration de l'EACCE se poursuivent. En haut du planning: un nouvel organigramme et le recrutement de profils pointus.

Un an après sa nomination à la tête de l'EACCE, M. Albert Sasson poursuit les chantiers de la redynamisation de l'Etablissement.
Un nouvel organigramme, qui doit obtenir l'approbation du Ministère des Finances est en cours d'élaboration. Objectif:
rééquilibrer les fonctions techniques et de développement (recherche des marchés, normalisation, notamment).
Sans dévoiler le détail de cette nouvelle organisation, M. Sasson indique en substance que la Direction Générale de l'Etablissement chapeautera trois directions: technique, de développement et de gestion (ressources humaines, administratif et financier). Le but de toute cette stratégie, dont les coûts ne sont pas encore finalisés, est «d'insuffler du sang neuf dans l'organisation». Assimiler les réformes suppose un minimum de formation. Aussi la Direction Générale mise-t-elle sur le recrutement de jeunes diplômés, mais surtout de profils pointus ayant «jusqu'à présent fait défaut dans la politique de l'Etablissement». En parallèle, un programme de départs volontaires en retraite a été mis en branle. Déjà, 35 personnes ont quitté l'établissement, soit par des départs volontaires, soit en retraite.
Outre la politique des ressources humaines, la Direction Générale compte s'attaquer au réaménagement du lieu de travail. Ainsi, la rénovation des locaux nécessitera un budget s'élevant à 7 millions de DH sur une période de trois ans. Cette dépense devra être approuvée par le Ministère des Finances.
Autre cheval de bataille: le contrôle. «Nous gardons notre attribution de contrôle dans un sens positif. L'EACCE se positionne comme facilitateur d'exportations et non en organisme qui leur crée des entraves», tient à préciser M. Sasson.
Si le contrôle à domicile faisait déjà partie de la stratégie de l'établissement, la Direction a, dès son arrivée, insisté sur son renforcement. Parallèlement, une nouvelle option a vu le jour: l'auto-contrôle. Pour cela, un département spécialisé a été créé dans le cadre du nouvel organigramme. «Curieusement, les opérateurs hésitent à sauter le pas et demandent à ce que cette mission reste exclusivement dévolue à l'EACCE.» La raison en est que l'auto-contrôle exige un minimum d'investissement préalable. Les résistances sont donc encore fortement installées. «L'auto-contrôle est une opération de longue haleine, mais à terme, elle deviendra inéluctable», estime le DG de l'EACCE.
Reste que toutes les sociétés ne sont pas éligibles à ce système. M. Sasson rappelle les trois catégories d'entreprises-exportatrices. La première, susceptible d'accéder à l'auto-contrôle effectué sur la base d'un cahier des charges établi par l'EACCE, représente 21% du tissu agro-exportateur. La deuxième catégorie regroupe 29%. La dernière catégorie (50%) nécessite une mise à niveau structurelle.
Action urgente mise en place à l'arrivée de M. Sasson, la circulation des informations. En filigrane, la maîtrise des destinations extérieures, une bonne connaissance de l'état des marchés et surtout une meilleure réaction aux marchés.
Ainsi, lancée il y a une année, la banque de données est aujourd'hui opérationnelle. Accessible en temps réel, via Internet, cette base permet aux opérateurs de tirer partie des informations concernant les réglementations, les opportunités, les cours quotidiens ou encore les séries historiques.

Meriem OUDGHIRI & Ghassan KHABER

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc