×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le protectionnisme resurgit à l’Eurogroupe

Par L'Economiste | Edition N°:2234 Le 15/03/2006 | Partager

. Longs débats sur les fusions et les règles du marché intérieurLa question du protectionnisme économique a resurgi à l’occasion de la réunion mensuelle des ministres des Finances de la zone euro lundi 13 mars à Bruxelles, alors que la France et l’Italie s’opposent sur l’affaire Enel/Suez et que le Luxembourg tente d’empêcher la prise de contrôle d’Arcelor par Mittal Steel. Les Etats membres de l’UE n’apparaissent pas en effet sur la même ligne à propos des fusions transfrontalières, tandis que la Commission européenne défend un marché complètement ouvert. Alors que certains pays comme la France, l’Italie et le Luxembourg ainsi que la Pologne tentent d’empêcher des prises de contrôles de groupes nationaux par des sociétés étrangères, d’autres Etats membres et la Commission ont dénoncé une montée du «protectionnisme». Le président de l’Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a reconnu à l’issue de la réunion que les ministres ont «longuement débattu sur les fusions et les règles du marché intérieur», et a ajouté «que certains esprits virulents, comme le commissaire Almunia, ont parlé de protectionnisme».«Mais il ne faut pas confondre tous les dossiers», a-t-il précisé. Juncker s’est personnellement impliqué dans la défense du sidérurgiste Arcelor, basé au Grand-Duché, contre l’offre de rachat du numéro un mondial Mittal Steel, dont le fondateur est indien. Par ailleurs, le ministre français des Finances Thierry Breton et le ministre italien de l’Economie Giulio Tremonti se sont rencontrés sans résultat pour discuter de l’affaire Suez/Enel qui oppose les deux gouvernements.L’Italie reproche à la France d’avoir précipité une fusion entre Gaz de France et Suez pour empêcher que ce dernier ne soit racheté par l’électricien italien Enel.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc