×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Europe

    Le programme de mise à niveau opérationnel début avril

    Par L'Economiste | Edition N°:271 Le 13/03/1997 | Partager

    Le démarrage du programme Maroc-UE d'appui à la mise à niveau sera annoncé fin mars. Une campagne de communication est prévue pour informer les industriels de la marche à suivre. Le centre Euro-Maroc Entreprise accueillera les premières demandes début avril.


    Le programme de mise à niveau des entreprises industrielles marocaines sera opérationnel dès le mois d'avril prochain. C'est ce qu'a déclaré M. Driss Jettou, ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, lors d'une conférence de presse improvisée le samedi 1er mars au Salon International du cuir (SITEC).
    Le centre Euro-Maroc Entreprise qui sera chargé de l'assistance à la restructuration n'est pas encore opérationnel, mais deux cabinets ont déjà été sélectionnés, après un appel d'offres lancé par la Commission européenne, souligne M. Nejjar, le directeur de la Normalisation au Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat (MCIA).
    Les procédures en cours sont concentrées sur la mise en place du centre Euro-Maroc Entreprise, précise-t-il.

    D'autre part, le comité mixte UE-Maroc devra se réunir le 20 mars pour évaluer l'état d'avancement des travaux. Néanmoins, souligne M. Nejjar, la réunion du comité de suivi, il y a deux semaines, n'a pas encore arrêté de choix ni de stratégie. Aussi les conditions d'éligibilité des entreprises au programme d'appui sont-elles encore inconnues.
    Bien que les secteurs demandeurs de l'assistance européenne soient nombreux, M. Driss Jettou précise qu'il n'existe aucun risque de voir des secteurs privilégiés. La sélection se fera au cas par cas. Toute entreprise pourra soumettre sa candidature à condition, souligne M. Jettou, qu'elle présente un programme bancable et qu'elle soit prête à assumer sa mise à niveau.
    Pour les questions de détail, concernant notamment la procédure à suivre pour bénéficier de l'appui du programme, une campagne de communication sera lancée au moment du démarrage des travaux du centre Euro-Maroc Entreprise. La procédure sera, selon le ministre, simple et à la portée de toutes les entreprises.
    Les milieux industriels qui attendent beaucoup de l'aide européenne trouvent la contribution de cette dernière insuffisante. Ils ont eu l'occasion d'exposer leurs craintes lors de réunions au MCIA.

    Infrastructure technologique

    Pour M. Jettou, s'il est vrai que la contribution est en deçà des exigences de la mise à niveau, d'autres actions viendront compléter le dispositif. Les plus importantes concernent l'infrastructure technologique et les projets de zones industrielles. Concernant la première, une convention a été signée avec le gouvernement italien, fin février, pour la mise en place de deux centres techniques, l'un pour l'industrie du cuir et l'autre pour les matériaux de construction.
    La situation des zones industrielles demeure préoccupante. Les professionnels continuent à penser que le terrain doit être cédé aux entreprises gratuitement. M. Jettou ne rejette pas l'idée mais précise que le prix du terrain qui atteignait entre 1.500 et 2.000 Dirhams se situe actuellement entre 200 et 400 Dirhams le mètre carré. Par ailleurs, dans le cadre du programme MEDA, un appel d'offres a été lancé pour la sélection d'une entreprise d'assistance technique. Les soumissionnaires devront mettre à la disposition de la délégation à Rabat une assistance technique composée d'experts, de personnel d'appui et de gestion, des infrastructures nécessaires de support et d'accueil et du personnel d'entretien de ces infrastructures.

    Les experts auront pour mission d'identifier les projets reconnus éligibles au financement communautaire. Ils seront également responsables de la mise en place et du suivi des actions en ce qui concerne les aspects économique, technique et financier. Selon l'avis de marché, la date limite pour la réception des demandes est fixée au 17 mars et le dernier délai d'envoi des soumissions court jusqu'au 20 mai 1997.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc