×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le Liban souhaite adhérer à «la déclaration d'Agadir»

Par L'Economiste | Edition N°:1703 Le 12/02/2004 | Partager

. Celle-ci doit être signée fin févrierLe Liban souhaite adhérer à “la déclaration d'Agadir” qui prévoit la création d'une zone de libre-échange entre le Maroc, l'Egypte, la Tunisie et la Jordanie et qui doit être signée fin février à Agadir, a indiqué le ministre libanais du Commerce, Marouan Hamadeh.Dans des déclarations à la presse à l'issue de sa rencontre avec Youssef Boutros-Ghali, ministre égyptien du Commerce extérieur, Hamadeh, qui accompagne le Premier ministre libanais, Rafic Hariri, actuellement en visite officielle au Caire, a précisé que la question relative à cette adhésion a été soulevée lors de l'examen de la coopération de l'Egypte et du Liban avec l'Europe à laquelle les deux pays arabes sont liés par un accord de partenariat.Le protocole d'accord d'Agadir prévoit la création d'une zone de libre-échange entre le Maroc, l'Egypte, la Tunisie, la Jordanie et les Etats arabes méditerranéens qui y adhéreront ultérieurement. Le comité des ministres du Commerce extérieur de ces Etats et la commission technique qui en est issue seront chargés du suivi de l'application des clauses de l'accord.Les parties signataires de cette déclaration aspirent à développer l'activité économique, à consolider l'emploi, à augmenter la productivité, à améliorer le niveau de vie au sein de ces Etats et à coordonner les politiques économiques globales et sectorielles.Le ministre libanais a, par ailleurs, indiqué que le volume des échanges commerciaux entre l'Egypte et le Liban, qui est de l'ordre de 225 millions de dollars par an, n'a pas encore atteint le niveau escompté, et ne répond ni aux ambitions des deux pays, ni à leurs potentialités. Aussi, les deux pays ont-ils décidé de lever toutes les entraves qui empêchent le développement de ces échanges, a-t-il assuré. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc