×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Le financement de l'unification allemande fait des vagues

    Par L'Economiste | Edition N°:45 Le 17/09/1992 | Partager

    M. Théo Waigel, le ministre allemand des Finances, a présenté le budget 1993. Il porte sur une enveloppe globale de 435,65 milliards de Marks, dont 93 milliards de transferts en Allemagne de l'Est. La progression des dépenses sera maintenue à un maximum de 2,3% par an, de 1993 à 1994, contre 2,5% actuellement. Le déficit global est de 38 milliards de Marks, soit une baisse de 2,5 milliards par rapport à l'exercice en cours. Malgré son qualificatif de "vrai budget d'économies", les moyens à mettre en oeuvre pour trouver des financements continuent de défrayer la chronique au sein de la classe politique en Allemagne.

    En effet, depuis la réunification, le déficit budgétaire ne cesse de se creuser, atteignant globalement 1.700 milliards de marks.

    Pour ménager les contribuables, le gouvernement a proposé l'emprunt obligatoire à 5% sur les entreprises et les revenus, doublé d'une réduction des impôts sur les sociétés en vue de les encourager à investir. C'était la seule issue de secours en attendant une hypothétique union indispensable au vote d'un train fiscal, notamment le relèvement de la TVA de 14% à 16%, ainsi que des taxes sur les carburants et sur les autoroutes...

    Au demeurant, une nouvelle augmentation des impôts était à l'ordre du jour après l'annonce faite par le Président de la Bundesbank, M. Helmut Schlesinger, de ne pas relever les taux directeurs. De fait, la polémique s'est installée, d'autant plus que le Chancelier Kohl avait prédit une économie florissante dans l'ex-Allemagne de l'Est en 1992-1993 et exclu un nouveau relèvement de la fiscalité.



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc