×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le détail de l'accord agricole avec l'UE

Par L'Economiste | Edition N°:1634 Le 30/10/2003 | Partager

. La tomate cartonne avec un quota d'importation de 175.000 t en 2003. Le Royaume en contrepartie ouvre ses frontières au blé tendre européenDésormais, la quasi-totalité des exportations traditionnelles du Maroc (soit 96%) bénéficieront d'un accès préférentiel sur le marché européen. C'est l'objectif de l'accord conclu entre les négociateurs de la Commission européenne et du Maroc portant sur une libéralisation mutuelle des échanges agricoles. D'ailleurs, le marché européen constitue le principal débouché pour les produits agricoles marocains. A eux seuls, les fruits et légumes réalisent près de 80% de l'ensemble des transactions commerciales avec l'UE. L'accord prévoit aussi de faire évoluer les exportations UE vers le Maroc à 62%, anticipant la libéralisation progressive. Ainsi, décidées à intensifier leurs échanges de produits agricoles, les deux parties ont convenu d'offrir un meilleur accès mutuel à leurs marchés respectifs. Selon les observateurs, il s'agit de l'un des plus gros accords signés par Bruxelles avec un pays tiers. Toutefois, il n'entrera en vigueur qu'une fois «formellement» approuvé par la Commission et le Conseil. «Il s'agit d'une véritable avancée» pour Franz Fishler, commissaire européen chargé de l'Agriculture. «L'accord est équilibré et profitera aussi bien au Maroc qu'à l'UE», a-t-il ajouté.Concrètement, pour les produits marocains, c'est surtout la tomate qui en tire le plus grand bénéfice. L'UE affirme lui avoir offert un meilleur accès à son marché. Bien entendu, en tenant compte de la sensibilité de ce produit dans ce marché. Sur ce point, côté marocain, les inquiétudes persistent quant à la clause de sauvegarde qui permet à l'UE de protéger l'accès à son marché dans le cas d'une concurrence forte avec ses propres producteurs. Le message est clair, le cas échéant, allusion est faite à l'Espagne. En clair, l'accord sur la tomate prévoit des quotas fixes d'importations mensuelles en franchise de droits représentant 175.000 tonnes par campagne (d'octobre à mai). Entre-temps, un quota supplémentaire de 15.000 tonnes peut être utilisé entre novembre et mai. Ce quota additionnel sera augmenté durant chacune des trois premières campagnes postérieures à 2003-2004. L'objectif est d'atteindre 45.000 tonnes durant cette période. Ainsi, à l'horizon 2006-2007, le quota d'importation de tomate dans l'UE devrait avoisiner les 220.000 tonnes. Toutefois, si le volume total des exportations marocaines de tomate dépasse la somme des contingents durant une période, une quantité de 20.000 tonnes sera déduite du contingent additionnel. Parallèlement, le marché marocain est tenu d'ouvrir ses frontières au blé tendre européen. Sur ce point, les exportations UE bénéficieront d'une réduction de droits à hauteur de 38%. Et ce, pour une quantité égale à 1,06 million de tonnes. En revanche, si en l'espace d'une campagne, la production marocaine parvient à dépasser les 2,1 millions de tonnes, la quantité soumise à un taux préférentiel sera réduite de manière linéaire.Par contre, si la production nationale arrive à 3 millions de tonnes, voire plus, le quota d'importation à un taux préférentiel sera ramené à un minimum de 400.000 tonnes. Pour ce qui est des droits de douane, un pourcentage de concession est mis en place pour compenser les effets d'éventuelles variations du droit à l'importation.


Les autres produits

L'accord prévoit également des réductions de droits et une augmentation des quotas d'importation pour de nombreux autres produits agricoles. Parmi eux, le lait et la crème en poudre, la volaille, les légumes déshydratés, les céréales (blé tendre, orge, maïs et riz) ou encore les huiles végétales. Amine RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc