×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Le Crédit Lyonnais cède ses parts dans sa filiale allemande BfG Bank

Par L'Economiste | Edition N°:625 Le 27/10/1999 | Partager


· La cession est prévue par le programme de redressement du Lyonnais imposé par la Commission de Bruxelles
· Malgré les 680 millions d'Euros drainés par l'opération, la cession se traduit par une moins-value que la banque a provisionnée


Une autre cession imposée sur le Crédit Lyonnais. Elle sera la dernière exigée par la Commission de Bruxelles dans le cadre du plan de redressement de la banque.
Cette dernière s'est vue obligée de se séparer hier de ses parts dans sa filiale allemande BfG Bank au profit de la banque suédoise Skandinaviska Enskildabank (SEB). Le montant de la transaction a été de 800 millions d'Euros, portant sur la part majoritaire du Lyonnais (50%+une action).
La banque française récemment privatisée a conclu un accord avec les actionnaires minoritaires de la BfG pour qu'ils cèdent leurs parts. En contrepartie et en vertu d'un accord, ils recevront pour les 49% qu'ils détiennent 920 millions d'Euros dont le versement devrait être assuré par le Lyonnais et la SEB (120 millions d'Euros le premier et 800 millions le second).
Cette opération rapportera environ 680 millions d'Euros au Lyonnais. Toutefois, la cession s'est soldée par une moins-value importante en comparaison avec le montant élevé de l'acquisition de la BfG Bank en 1992. Cette moins-value a été pour l'essentiel déjà provisionnée dans les comptes du Crédit Lyonnais. Le solde des provisions, qui était anticipé, sera intégré dans l'exercice 1999. Selon les déclarations de la banque française, ce provisionnement ne remettra pas en cause toutefois la bonne perspective des résultats.
Cette opération vient boucler 95% du programme de vente d'actifs d'un montant total de 620 milliards de Francs français dont la réalisation devrait être achevée avant octobre 2000.
La partie restante du programme imposé par la Commission de Bruxelles représente 30 milliards de Francs français sous forme de fermeture d'activités périphériques à l'étranger.


Les résultats de la SEB


La banque suédoise SEB a annoncé lundi une hausse de 4% de son résultat d'exploitation au terme des neuf premiers mois de 1999. Elle a réalisé un résultat d'exploitation de 3,79 milliards de Couronnes suédoises (l'équivalent de 468 millions de Dollars) contre 3,63 milliards de Couronnes à la même période en 1998. Ce résultat est inférieur aux prévisions du marché qui tablaient sur un bénéfice d'exploitation de 3,8 milliards en monnaie suédoise. Le produit net bancaire a progressé de 12% en raison notamment d'une hausse des taux d'intérêt. Le résultat avant pertes sur crédits est en recul de 6,5% par rapport à son niveau au terme du mois de septembre 1998. Tandis que le total bilan pour la même période de 1999 est en baisse de 17%. La banque a souligné que la hausse de ses taux n'aurait qu'un effet négatif passager sur les résultats. A long terme, ce relèvement favorisera, selon la banque, le résultat net.
En outre, les revenus de l'activité clientèle ont progressé de 7% au cours des neufs mois 1999.

Khalid TRITKI (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc