×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le CIH réorganise sa direction des entreprises

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Le CIH, auparavant organisme financier spécialisé, poursuit sa réorganisation pour englober des secteurs variés. Il commence par convertir son ex "direction de crédit" en une "direction des entreprises". Objectif: diversification et décentralisation.

Le Crédit Immobilier et Hôtelier vient de remodeler l'organisation de 4 de ses directions: "La Direction des entreprises", "la Direction des particuliers", "la Direction de l'habitat social" et "la Direction de tenue des comptes". Cette réorganisation s'inscrit dans le cadre d'une segmentation par type de clients et par type de marché. Particuliers et entreprises n'ont pas des besoins similaires, d'où la nécessité de doter les directions qui leur sont respectifs de structures distinctes. Distinction qui s'impose, selon M. Jaïdi, chargé du département hôtelier, tant au niveau des produits et services offerts à la clientèle qu'au niveau des moyens humains et matériels

Décentralisation

Si le CIH entend également s'adapter aux différents segments de marché et s'orienter vers de nouveaux secteurs, sa vocation principale demeure le financement de la construction.

Aussi vise-t-il une diversification d'activité et un élargissement du réseau d'agences. Ainsi outre l'agence siège, 5 agences spécialisées (2 à Casablanca, 1 à Agadir, 1 à Marrakech et 1 qui ouvrira prochainement à Rabat) seront immédiatement pilotées par la Direction des entreprises et serviront principalement les entrepreneurs. Une cinquantaine d'agences, répondant aux besoins des particuliers, existent déjà pour fournir des produits et des services standardisés. Toutefois, cette segmentation serait plutôt destinée aux futurs clients. La clientèle acquise choisira de rester ou non dans son agence.

Le CIH mise sur "une décentralisation plus grande" par cette réorganisation pour "plus d'efficacité". Cette décentralisation se reflétera, en matière de délai d'octroi de crédit ainsi que dans la réflexion et l'assistance offertes au niveau des agences. Celles-ci évaluent les aspects techniques, juridiques et financiers des dossiers avant de les présenter au comité hebdomadaire du siège auquel revient la décision finale, prise sous forme collégiale.

L'essentiel de la réorganisation du CIH, qui intervient en ce début d'année, porte sur la Direction des Entreprises. Celle-ci, présidée par M. Hamri, coiffe actuellement 7 départements dont 3 sectoriels et 4 fonctionnels. La répartition sectorielle prend en considération les spécifiés par secteur. Il s'est avéré, à l'expérience, et suite à la maîtrise des rouages des secteurs immobilier et hôtelier, que les produits respectifs ne peuvent être ni conçus, ni traités de la même manière. Dresser des structures d'assistance et de suivi indépendantes et mener des réflexions et études exclusives sont à l'ordre du jour. D'où la séparation des départements hôtelier et immobilier. Outre ceux-là, le CIH entend gagner de "nouveaux secteurs" et crée un troisième département qui leur serait propre.

Restent les départements fonctionnels. On distingue d'une part le "département de coordination et de préparation des comités", confié à M. Seddiki, qui procède à l'organisation et à la préparation concrète des comités. Il essaie de maîtriser au mieux les délais d'octroi de crédit dont la durée est fonction de la complexité des affaires. D'autre part, le "Département des objectifs et budget", à la charge de M. Moussaïd qui élabore le budget prévisionnel, négocie les plans d'action et de financement à adopter au sein des agences. Il arrête des chiffres et veille à leur réalisation par l'identification des écarts, l'analyse des causes et des mesures correctives.

Et enfin, le "département technique", présent depuis longtemps au CIH, revêt une nouvelle forme dans cette direction. Le CIH élabore actuellement un nouveau logiciel, en synergie avec l'une de ses filiales, en vue d'y informatiser les méthodes d'évaluation techniques des projets d'investissement (Immobilier, Hôtelier ou autres), lesquels après financement ou agrément, seront suivis et contrôlés par ce département confié à M. Guerroum. Il assiste en cela les différentes agences. Toutefois, il ne couvre que les aspects techniques des opérations effectuées. Les aspects juridiques étant confiés à M. Hamdoune, responsable du "Département juridique". Lequel procède notamment à l'établissement des actes juridiques relatifs à chaque activité nouvelle et à la formation des cadres dont particulièrement les chefs de projet.

Dans le cadre de cette direction, le CIH emploie une équipe jeune, "dotée d'un nouvel état d'esprit" et motivée davantage par la confiance des clients. Le personnel du CIH se doit de veiller à l'adéquation (Projet-Client) dans la mesure où il sensibilise ses clients à la viabilité de leurs projets. Ceci afin de préserver "l'image de marque" ou le "label" du CIH. "La plaque CIH apposée sur les immeubles est une garantie" précise M. Benjelloun, chargé du Département immobilier.

Pour ses études de projet, le CIH se base non seulement sur des normes financières, mais aussi sur des normes techniques. Celles-ci sont essentiellement architecturales.

Faïza KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc