×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le capital investissement chahuté en 2009

Par L'Economiste | Edition N°:3358 Le 09/09/2010 | Partager

. La crise est passée par là . 481 millions de DH levés en 2009 contre 2,3 milliards en 2008. L’amorçage reste toujours le parent pauvre LA conjoncture n’a pas épargné l’activité de capital investissement. Les montants levés s’effondrent complètement entre 2008 et 2009, passant de 2,3 milliards de DH à 481 millions, selon les statistiques de l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC). La sortie du tunnel n’est pas prévue pour 2010 puisque seulement 187 millions de DH ont été levés au terme du premier semestre. «Cet exercice sera a priori meilleur que le dernier parce qu’il y a eu de nouvelles opérations depuis la fin du premier trimestre. Mais on restera loin du niveau record de 2008», relève un gérant de fonds. En dépit de la faiblesse des montants levés en 2009, la marge de manœuvre des fonds d’investissements est encore importante. Seulement 2 milliards de DH ont été investis à fins mars 2010, sur un montant total de 6,7 milliards de DH levés. Dix sept nouvelles entreprises ont été investies entre 2009 et fin mars 2010. Le secteur des services a toujours la cote auprès des gérants de fonds. Sa part dans les investissements représente 22% du total. L’industrie et l’activité d’ingénierie et technologie accaparent respectivement 15 et 14% des entreprises investies en valeur. Au-delà des statistiques, le décalage entre les montants levés et ceux investis tient notamment aux difficultés de valorisation des entreprises cibles. «Les chefs d’entreprises ont tendance à évaluer leur société en fonction des fluctuations du marché boursier. Ce qui donne lieu à des valorisations excessives durant les phases haussières de la bourse. En revanche, quand le marché baisse, les entrepreneurs sont réticents à ouvrir leur capital», analyse un gérant de fonds. Aujourd’hui, les investissements sont plus orientés vers les entreprises en phase de développement. L’amorçage demeure le parent pauvre du capital investissement. Il représente 6% des entreprises investies en nombre et 5% en valeur. Seulement 1% des investissements prévus en 2010, soit 16 millions de DH sur un total de 1,6 milliard, sera consacré à l’amorçage. La part dédiée aux entreprises en phase de développement est de 1,3 milliard de DH, soit 83% du total.


Localisation

DEUX nouveaux fonds ont été créés entre 2009 et le premier trimestre 2010. Il s’agit de Africa Health Fund et Maroc Numeric Fund, portant le nombre de fonds sous gestion à 27. Les fonds sectoriels représentent au terme de cette période 28% du total. La part des fonds généralistes ressort à 72% en baisse de 8 points par rapport à 2008. Par ailleurs, un peu moins de 40% des fonds exerçant au Maroc sont localisés à l’étranger notamment à Maurice (17%) et l’île de Jersey (7%). Les fonds localisés au Maroc représentengt 62% du total à fin mars 2010 contre 68% en 2008.F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc