×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le bipôle économique Fès-Meknès est né

Par L'Economiste | Edition N°:2402 Le 16/11/2006 | Partager

. Le Premier ministre préside la signature de la Charte de coopération. Deux autres pôles en projet: Casablanca/Rabat et Tanger/TétouanDRISS Jettou a assisté hier dans la capitale ismailienne à la signature de la Charte de coopération entre les régions de Fès-Boulemane et Meknès Tafilalet. Le Premier ministre était accompagné de trois ministres: Mohamed El Yazghi (Aménagement du territoire et Environnement), Salah Eddine Mezouar (Industrie et Commerce) et Adil Douiri (Tourisme et Artisanat). «Ce partenariat marque une nouvelle ère pour le premier bipôle urbain», souligne Jettou. Pour Jettou, Fès et Meknès ont une grande charge historique, naturelle, culturelle et économique. Et d’ajouter que «ces deux sœurs jumelles ne peuvent être fortes économiquement qu’en se liant davantage l’une à l’autre». De fait, cette liaison, qui s’inscrit dans une stratégie nationale, permettra désormais la création d’autres partenariats de ce genre. «Ces pôles peuvent ainsi relever le défi de la concurrence et la mondialisation», dit Jettou.. Créer des locomotives de développement Le Premier ministre invite d’ailleurs tous les acteurs à participer activement à la réussite du projet. D’autant plus que toutes les études réalisées notamment par le ministère de l’Aménagement du territoire et la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), tendent vers une seule conclusion: «l’avenir du Centre du Royaume dépend de la capacité de Fès et de Meknès à créer une mixité dans tous les secteurs». Ainsi, le rôle de ces deux capitales dans le développement du pays sera renforcé à travers le lancement de projets structurants et communs. «La création d’une autoroute menant vers le Nord serait d’un grand apport», déclare Jettou. Avant d’informer sur la prochaine création de deux autres pôles: Casablanca/Rabat et Tanger/Tétouan. L’objectif est de favoriser la création de locomotives de développement pour leurs régions voisines. Ce dont est convaincu Mhamed Douiri, président de la Région Fès-Boulemane. Pour lui, le démarrage imminent des travaux de l’autoroute Fès-Oujda, serait une ouverture vers l’Oriental, l’Algérie, le Maghreb et le Moyen-Orient. Douiri a expliqué que le développement des deux villes se fera aussi avec le renforcement des lignes aériennes et l’adaptation d’une vision commune. L’investissement dans des projets porteurs de richesses et l’économie du savoir est préconisé. Pour ce dernier volet, les universités de Fès et de Meknès ont déjà mis en place des stratégies dans ce sens. Pour sa part, Hamid Chabat, maire de Fès, a proposé la création d’une Agence nationale pour le développement du Centre avec la région de Tadla Azilal. Quant aux walis Hassan Aourid (Meknès) et Mohamed Rharrabi (Fès), ils se disent prêts à une coopération partagée et structurante. «Pour suivre cette volonté, les pouvoirs locaux doivent se renforcer. Celà pourra encourager la décentralisation et la prise de décision», conclut Saïd Chbâatou, président de la Région Meknès Tafilalet.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc