×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Lafarge Ciments conforte son leadership

Par L'Economiste | Edition N°:2733 Le 12/03/2008 | Partager

. Progression des ventes et fort accroissement du résultat net . Le prix de vente atténue l’effet pétrole. Augmentation de la capacité de productionPour la première année d’adoption des IFRS, Lafarge Ciments affiche des performances plus que satisfaisantes. Le leader marocain du marché du ciment enregistre un chiffre d’affaires de 4,356 milliards de DH en progression de 16,7% par rapport à 2006, ainsi qu’un résultat d’exploitation en augmentation de 33,7% à 1,9 milliard de DH. Jean-Marie Schmitz, administrateur DG de Lafarge Maroc, explique ces évolutions par le fort accroissement des volumes vendus de 14,1% atteignant 5,37 millions de tonnes «Nos ventes sont supérieures à la moyenne nationale de 12,6%», précise-t-il. Cela est lié à une forte demande tirée par les grands chantiers gouvernementaux, ainsi qu’à l’accroissement de la capacité de production. «Cette évolution de la production se justifie par la fiabilité de nos fours et par la réduction des durées des arrêts programmés», indique Schmitz. Ajoutez à cela, la réduction des consommations électriques et la forte utilisation de combustibles de substitution (pneus déchiquetés).Sur le plan des charges d’exploitation, Lafarge Ciments a pu bénéficier d’une baisse des coûts de maintenance et des frais généraux poussée par la réduction des durées d’arrêts de fours. De plus, il faut ajouter l’augmentation significative de prix de ventes des matières premières. «Ce qui a eu pour effet de compenser partiellement la hausse des coûts intrants», fait observer Schmitz. Sur ce point, il convient de rappeler que Lafarge Ciments a subi les fluctuations négatives du prix du pétrole. En effet, en 2007, Lafarge a utilisé quelque 350.000 tonnes de coke de pétrole (coke à 102 dollars la tonne), néanmoins, l’impact a été compensé par l’augmentation des prix de vente. De plus, le premier cimentier du Maroc a subi la hausse des amortissements par rapport à 2006, suite à l’impact de l’extension de la seconde ligne de Bouskoura (investissement initial de 95 millions d’euros). De ces évolutions, il ressort un résultat net de 1,452 milliard de DH, enregistrant une hausse de 40,5% par rapport à l’année précédente. En termes de perspectives, Lafarge Ciments envisage de poursuivre ses investissements destinés à accroître les capacités de production. En effet, sur les 3 millions de tonnes, soit l’équivalent de 5,1 milliards de DH d’investissements envisagés, le cimentier donne la priorité à l’installation d’une nouvelle ligne de 1 million de tonnes à Tétouan. Elle sera opérationnelle en 2010.My Ahmed BELGHITI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc